Médecins spécialistes: confusion autour du gel de la rémunération

QUÉBEC — Il paraît bien difficile de dire si le gouvernement Legault va imposer ou non un gel de la rémunération des 10 000 médecins spécialistes, alors qu’il s’était pourtant engagé à le faire.

La semaine dernière, le premier ministre François Legault a décrété que le gel serait en vigueur en 2019, alors que le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, a semblé dire le contraire mercredi.

À l’entrée de la séance hebdomadaire du conseil des ministres, mercredi matin, M. Dubé a avoué candidement ne pas comprendre dans le détail le libellé de l’entente, réputée très complexe, conclue le printemps dernier entre la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) et le gouvernement libéral.

«En ce moment, il n’y a pas de gel», a donc conclu M. Dubé, qui dit s’affairer ces jours-ci à comprendre «les chiffres qu’il y aurait à geler, si gel il y avait».

Chose certaine, a-t-il ajouté, «avant de parler de gel ou quoi que ce soit je le redis: on a besoin de bien comprendre l’entente».

La semaine précédente, le 24 octobre, le premier ministre Legault avait pourtant été très clair: les sommes que le gouvernement devait verser en janvier 2019 «vont être mises en fiducie, donc ça ne sera pas donné».

Au cours des derniers mois, M. Legault a dénoncé cette entente sur toutes les tribunes, à maintes reprises, convaincu que les spécialistes étaient beaucoup trop payés, d’où sa décision de récupérer 1 milliard $ des sommes promises au cours des prochaines années.

Selon le premier ministre, il faudrait faire passer leur rémunération moyenne annuelle de 400 000 $ à 320 000 $.

Selon diverses estimations, le montant à verser en 2019 se situerait entre 125 millions $ et 192 millions $, dont une partie servirait à éviter les ruptures de services en régions.

Encore la semaine dernière, la FMSQ se disait prête à faire appel aux tribunaux si jamais le gouvernement osait rouvrir cette entente.

Devis en préparation

Mais mercredi, le ton entre les deux parties a changé du tout au tout.

Une rencontre a eu lieu mercredi matin entre le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, et la présidente de la FMSQ, la Dre Diane Francoeur, et les deux ont pris la résolution d’accélérer le processus visant à comparer la rémunération des spécialistes québécois avec celle versée à leurs collègues des autres provinces canadiennes.

Le devis servant à commander l’étude comparative sera rédigé au cours des deux prochaines semaines.

Cette étude, à commander à l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), visera précisément à documenter l’ampleur de l’écart présumé de rémunération entre le Québec et le reste du Canada.

Les conclusions de l’étude sont attendues en septembre 2019. Si l’écart de rémunération est confirmé, le gouvernement pourrait se sentir autorisé à rouvrir l’entente de 2017.

Au terme de l’échange avec M. Dubé, Mme Francoeur a dit que la rencontre avait été cordiale et que le ton employé par le gouvernement à l’égard des médecins lui paraissait beaucoup plus posé qu’au temps du gouvernement libéral.

En mêlée de presse, tout sourire, elle a dit que la collaboration prenait enfin le dessus sur la confrontation, ce qui était de bon augure.

«Dans la collaboration, on est pas mal plus efficace pour donner des services», a-t-elle commenté.

Mme Francoeur n’a donc pas paru inquiète des positions du gouvernement Legault sur un éventuel gel de rémunération à venir prochainement.

«On n’est pas là aujourd’hui», a-t-elle résumé, faisant le pari que le gouvernement ne voudra pas affronter les médecins spécialistes «si on livre la marchandise».

Car présentement, «le réseau est en miettes», selon la présidente de la FMSQ.