Méganne Perry Mélançon devient porte-parole du Parti québécois

QUÉBEC — À court de députés pour occuper tout l’espace médiatique, le Parti québécois (PQ) crée un nouveau poste de porte-parole de la formation.

L’ancienne députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, a été recrutée pour remplir ces fonctions pour les quatre prochaines années, en vue éventuellement d’un retour à la vie politique active. 

«On l’a créé (ce poste) pour moi», a résumé l’ex-députée de Gaspé en entrevue avec La Presse Canadienne lundi après-midi. Elle aura pour mission de représenter le parti sur différentes tribunes.

Mme Perry Mélançon était une figure assez connue de l’aile parlementaire péquiste, mais elle a été défaite aux élections d’octobre 2022.

N’est-il pas délicat de parler au nom d’un parti ou d’autres élus alors qu’on n’a pas de mandat des électeurs d’une circonscription?

«La réception est bonne. Chez nous, c’est même un soulagement pour beaucoup des citoyens que j’ai représentés de voir que cette expertise-là ne sera pas perdue pour la région et qu’elle pourra servir à l’ensemble des Québécois. Je ne vois pas de controverse par rapport au fait que je n’ai pas eu de mandat de la population.»

Son salaire sera financé à même les contributions des membres du PQ. L’organisation a indiqué que «nous ne dévoilons pas les salaires des employés du bureau du Parti québécois».

Maintenant que le caucus péquiste est constitué de seulement trois députés déjà accaparés par leurs fonctions parlementaires et leur travail en circonscription, elle pourra accéder notamment aux demandes d’entrevue.

De surcroît, deux des élus du PQ, Pascal Bérubé (Matane-Matapédia) et Joël Arseneau (Îles-de-la-Madeleine) représentent des circonscriptions de l’Est du Québec, alors que beaucoup de demandes des réseaux de télé, des radios et des journaux proviennent de Montréal, où Mme Perry Mélançon va s’installer. 

«Il y a des invitations qui fusent de toutes parts pour le chef et les députés», a-t-elle justifié, et c’est donc elle qui pourra prendre la relève sur toutes sortes d’enjeux.

Mais ce n’est pas tout, Mme Perry Mélançon sera aussi «une courroie de transmission pour les groupes de la société civile vers le parti», pour sonder ainsi leurs positions, revendications, etc. Et elle va aussi rencontrer des «gens du gouvernement». 

Elle a fait «un cheminement qui ressemble au deuil» à la suite de sa défaite en octobre dernier, mais elle n’a pas caché qu’elle avait l’intention de faire un retour en politique aux prochaines élections générales, en 2026.

Elle veut «être candidate et faire partie du Parti québécois au pouvoir».

Députée de Gaspé de 2018 à 2022, Méganne Perry Mélançon était vue comme une étoile montante dans le caucus péquiste. Après son élection à la tête du PQ en octobre 2020, le nouveau chef Paul St-Pierre Plamondon lui a confié de nombreux mandats de porte-parole en Chambre.

Même si elle a amélioré son score au scrutin de 2022, avec 600 voix de plus par rapport aux élections de 2018, cela n’a pas suffi pour devancer le caquiste Stéphane Sainte-Croix, qui a gagné par 710 voix.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.