Menace de grève bientôt dans six autres Résidences Soleil

MONTRÉAL — Une grève illimitée de 300 travailleurs pourrait toucher d’ici deux à trois semaines six autres Résidences Soleil, des résidences privées pour personnes âgées du Groupe Savoie.

La plupart des employés touchés sont des préposés aux bénéficiaires qui prennent soin des personnes âgées, mais il s’agit aussi d’employés aux cuisines et à l’entretien. Ils sont membres de la section locale 106 du syndicat des Teamsters, affilié à la FTQ.

Dans bien des cas, ces travailleurs touchent un peu plus que le salaire minimum, soit 14 $ à 15 $ l’heure, a souligné au cours d’une entrevue avec La Presse canadienne Stéphane Lacroix, directeur des communications et des affaires publiques du syndicat des Teamsters. Un écart de 6 $ l’heure les sépare de leurs homologues dans le secteur public; ils aimeraient diminuer cet écart à 3 $ l’heure.

«Ce sont des travailleuses et des travailleurs qui gagnent le salaire minimum, qui travaillent très fort physiquement — ce n’est pas évident. Et psychologiquement aussi, ce n’est pas évident», a fait valoir M. Lacroix.

«Ils voudraient à tout le moins obtenir un 3 $ d’augmentation salariale, parce que leurs consoeurs et confrères dans le public gagnent 6 $ l’heure de plus qu’eux et font exactement les mêmes tâches», a-t-il ajouté. 

Les six résidences qui pourraient être touchées «d’ici deux à trois semaines» sont celles de Granby, Boucherville, Laval, Pointe-aux-Trembles, Saint-Laurent et Mont-Saint-Hilaire.

Si un débrayage devait effectivement être déclenché, les services essentiels devraient être assurés, même s’il s’agit de résidences privées. Les parties doivent alors s’entendre sur les services à dispenser, en cas de débrayage, et le Tribunal administratif du travail doit entériner la liste.

Le syndicat des Teamsters affirme qu’en plus des salaires, la charge de travail est aussi en litige. Les négociations ont toujours cours avec l’employeur, mais «ça n’avance pas», a noté M. Lacroix.

D’ailleurs, une grève sévit déjà dans une autre Résidence Soleil, le manoir Sherbooke, depuis le 23 avril. Cette fois, il s’agit d’un syndicat affilié à la CSN.

La direction des Résidences Soleil du Groupe Savoie n’avait pas rendu les appels de La Presse canadienne en fin d’après-midi, jeudi.