Meng: la juge questionne l’ampleur de l’interrogatoire des agents frontaliers

VANCOUVER — Une juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique se demande pourquoi les agents frontaliers n’ont pas interrogé plus rigoureusement la dirigeante de Huawei Meng Wanzhou, si leur examen était en fait une enquête criminelle secrète, comme le disent ses avocats.

La juge en chef adjointe Heather Holmes a déclaré que quelques questions posées par les agents des frontières portaient sur des sujets qui, selon les avocats de Mme Meng, étaient pertinents pour une enquête criminelle aux États-Unis, mais que l’examen n’était guère «intense».

Tony Paisana, l’un des avocats de Mme Meng, a répondu que le fait que les agents n’aient pas fait un excellent travail en violant les droits de leur cliente ne signifiait pas qu’ils ne les avaient pas violés.

Il a également affirmé qu’il se pourrait très bien que l’objectif principal de l’enquête secrète ait été d’obtenir des codes d’accès à ses appareils électroniques pour les responsables américains.

Un agent frontalier qui a noté les codes d’accès a déjà témoigné qu’il les avait transmis à un agent de la GRC dans une erreur personnelle «déchirante».

Mme Meng a été arrêtée à l’aéroport de Vancouver en 2018 à la demande des États-Unis, où elle fait face à des accusations de fraude qu’elle et Huawei nient.

«Si tout cela était comme vous le suggérez, les officiers n’auraient-ils pas fait un travail plus concerté en interrogeant Mme Meng?, a demandé la juge. Il y avait quelques questions touchant les sujets que vous avez évoqués, mais ce n’est pas exactement un examen intense ou même très vigoureux ou détaillé.»

Le tribunal a appris que Mme Meng avait été détenue par des agents des frontières pendant trois heures avant d’être informée de son arrestation.

Laisser un commentaire