Mesures sanitaires allégées: «pas de mur à mur», réclame Dominique Anglade

QUÉBEC — Au moment où le gouvernement Legault envisage de revoir à la baisse les mesures de confinement en vigueur, la cheffe libérale Dominique Anglade préconise une approche régionale. Elle dit vouloir éviter les décisions qui auraient un impact «mur à mur», partout au Québec.

Une baisse récente du nombre de cas d’infections à la COVID-19 laisse entrevoir la possibilité pour le Québec d’alléger, dans les prochaines semaines, les diverses consignes de confinement et éventuellement certaines mesures sanitaires. En principe, le couvre-feu imposé à tout le Québec doit prendre fin le 8 février.

Lors d’un point de presse virtuel, mardi, en marge d’une réunion de deux jours de son caucus, la cheffe de l’opposition officielle s’est montrée partisane d’une approche mesurée en ce domaine.

Sans prendre position sur l’à-propos d’une révision à la baisse des directives gouvernementales, elle a dit que l’important était de s’assurer que les messages transmis par la santé publique soient clairs et transparents.

Les décisions du gouvernement doivent être «basées sur la science», a-t-elle insisté.

«Il faut considérer une approche par régions, incluant la perspective du couvre-feu», selon elle. 

À l’approche de la reprise des travaux parlementaires, le 2 février, elle a promis d’offrir une opposition «constructive» et de présenter «dans les prochaines semaines» des solutions à implanter durant la «post-pandémie».

La cheffe libérale prévoit effectuer prochainement une tournée régionale pour prendre le pouls de la population.

Laisser un commentaire