Meurtre de Daphné Boudreault: l’accusé a plaidé coupable jeudi matin

À quelques jours de son procès pour le meurtre en 2017 de son ex-copine Daphné Huard-Boudreault, Anthony Pratte-Lops a plaidé coupable, jeudi matin, au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Alors qu’il avait été accusé à l’origine de meurtre prémédité, il a plaidé coupable à un chef de meurtre au deuxième degré.

Cette accusation entraîne automatiquement une peine de prison à vie. 

Il ne restait qu’à déterminer la durée minimale qu’il allait passer en prison avant de pouvoir demander une libération conditionnelle.

Jeudi, le juge Pierre Labrie de la Cour supérieure l’a fixée à 18 ans.

La jeune femme de 18 ans a été assassinée il y a deux ans, le 22 mars 2017.

Pratte-Lops, âgé de 24 ans, avait été arrêté le jour même et accusé de meurtre prémédité. Selon des témoins, il n’aurait pas accepté la récente rupture de son couple. La jeune femme se rendait chez lui ce jour-là pour récupérer ses effets personnels.

Elle avait été retrouvée grièvement blessée dans sa résidence de Mont-Saint-Hilaire, en Montérégie. Elle est morte par la suite.

«On aurait aimé ça aller en procès et savoir exactement ce qui s’est passé, et qu’il soit jugé par ses pairs aussi», a commenté jeudi le père de Daphné, Éric Boudreault, dans un corridor du palais de justice.

Pratte-Lops devait subir son procès pour meurtre dès lundi au palais de justice de Saint-Hyacinthe, mais il a coupé court aux procédures judiciaires en plaidant coupable.

Les circonstances de la mort de la jeune femme avaient soulevé des questions quant au travail des policiers, car des témoins avaient soutenu qu’elle avait appelé la police avant que le drame ne se produise.

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) avait donc évalué s’ils avaient agi adéquatement lors de leur intervention, et au terme de cette enquête, aucune accusation criminelle n’avait été déposée contre eux.

Les plus populaires