Meurtre d’une policière en N.-É.: le suspect pleurait pendant son interrogatoire

HALIFAX — Un homme accusé du meurtre au deuxième degré d’une policière qui n’était pas en service, il y a deux ans en Nouvelle-Écosse, a pleuré pendant son interrogatoire, ont constaté les jurés, lundi, à Halifax.

Le jury a visionné lundi matin la vidéo de l’interrogatoire de Christopher Garnier, accusé du meurtre de l’agente Catherine Campbell, du Service de police de Truro.

Le caporal Jody Allison a indiqué au procès, lundi, qu’il avait interrogé l’accusé Garnier l’après-midi du 16 septembre 2015, dans un poste de police de la Gendarmerie royale du Canada.

Sur la vidéo, les jurés ont pu voir lundi l’accusé Garnier sangloter pendant l’interrogatoire. Le caporal Allison dit notamment au suspect qu’il n’est pas un mauvais gars au fond, et qu’il n’avait probablement pas envisagé que cela finirait ainsi.

Au cours des 20 premières minutes d’un interrogatoire de neuf heures et demie, le suspect Garnier n’ouvre pratiquement pas la bouche, sauf pour demander si son père a été prévenu.

Christopher Garnier, âgé de 30 ans, a plaidé non coupable aux accusations de meurtre au deuxième degré et d’outrage à un cadavre.

La Couronne soutient que l’accusé a frappé et étranglé Mme Campbell, puis qu’il a jeté son cadavre près du pont Macdonald, à Halifax.

La preuve présentée au procès suggère que la victime avait passé la soirée avec l’accusé dans un bar, avant de partir avec lui en toute fin de soirée le 11 septembre 2015.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie