Meurtres et suicide: une enquête en Nouvelle-Écosse sur l’affaire Desmond

HALIFAX — Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a annoncé l’ouverture d’une enquête présidée par un juge sur les meurtres suivis par le suicide de Lionel Desmond.

Le médecin légiste en chef de la province, le docteur Matt Bowes, a révélé jeudi qu’il recommandait la tenue d’une enquête sur la tragédie qui s’est déroulée le 3 janvier 2017 et qui s’est soldée par la mort de l’ex-militaire et de sa famille à Upper Big Tracadie, en Nouvelle-Écosse.

Dans une déclaration écrite, le ministère de la Justice a mentionné que les détails entourant cet exercice seront dévoilés au début de l’année prochaine.

Le caporal à la retraite avait abattu sa femme Shanna, âgée de 31 ans, leur fille de 10 ans Aaliyah et sa mère Brenda, âgée de 52 ans, avant de retourner l’arme contre lui.

Desmond avait reçu un diagnostic de trouble de stress post-traumatique et du syndrome de post-commotion cérébrale après deux missions en Afghanistan en 2007. Deux des soeurs du meurtrier, les jumelles Chantel et Cassandra, ont fait pression sur le gouvernement pour qu’il lance une enquête sur la tragédie.

«De nombreuses questions ont été soulevées par la famille et par des membres de la communauté afin de comprendre pourquoi cette tragédie a eu lieu et si quelque chose aurait pu être fait pour l’éviter», a mentionné M. Bowes.

«J’ai réfléchi à cette affaire, j’ai analysé les circonstances entourant ces morts et j’ai eu le privilège de discuter avec quelques membres de la famille Desmond. Je crois qu’une enquête pourrait nous aider à tirer des enseignements de cette tragédie et ce faisant, je crois que nous pourrons prévenir d’autres morts similaires.»

De telles enquêtes sont rarement déclenchées dans la province. La dernière du genre a été lancée il y a une dizaine d’années.