Michael Spavor, détenu en Chine, a reçu une nouvelle visite consulaire

OTTAWA — Michael Spavor, l’un des Canadiens détenus en Chine depuis décembre, a reçu une nouvelle visite des représentants consulaires canadiens mardi, a annoncé Affaires mondiales Canada.

L’entrepreneur Michael Spavor et Michael Kovrig, un diplomate en congé, ont été arrêtés en Chine le 10 décembre, mais n’ont pas eu accès à un avocat ni été officiellement inculpés par les autorités. Il s’agit de la septième visite de responsables consulaires auprès de M. Spavor depuis sa détention; M. Kovrig a aussi été rencontré sept fois, dont lundi.

Dans son communiqué, le ministère a affirmé que les représentants consulaires continuaient d’appuyer M. Spavor et sa famille, ajoutant qu’ils cherchaient à avoir un plus grand accès au détenu canadien.

Le gouvernement canadien soutient que la détention des deux hommes est «arbitraire» et demande leur libération immédiate. Environ un mois après leur arrestation, Affaires mondiales a mis en garde les Canadiens qui se rendent en Chine de «faire preuve d’une grande prudence» en raison du «risque d’application arbitraire des lois» dans ce pays.

Affaires mondiales rappelle encore une fois que plusieurs pays appuient la position du Canada dans ce dossier, notamment les États-Unis, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Espagne, le Danemark et les pays baltes, ainsi que l’OTAN, l’Union européenne et le G7.

Le Sénat américain a adopté la semaine dernière une rare résolution unanime félicitant le Canada d’avoir défendu la primauté du droit lors de l’arrestation à Vancouver, en décembre, de la dirigeante de Huawei, Meng Wanzhou, accusée aux États-Unis de fraude. 

Plusieurs responsables canadiens soutiennent que MM. Kovrig et Spavor ont été appréhendés et sont détenus en représailles à l’arrestation de Mme Meng. La ressortissante chinoise a été libérée sous caution en attendant l’issue au Canada de la demande d’extradition de Washington.

Les visites consulaires consistent généralement à évaluer le bien-être des ressortissants canadiens, à tenter de leur faire obtenir des soins médicaux si nécessaire et à les aider à communiquer avec leurs proches. Affaires mondiales Canada, en raison des lois sur la protection des renseignements personnels, ne donne aucun détail à propos de ces visites.

Les plus populaires