Michelle Obama: «voter pour Joe Biden comme si votre vie en dépend»

L’ancienne première dame des États-Unis Michelle Obama a invité les électeurs à voter pour Joe Biden «comme si votre vie en dépend», lundi soir.

Michelle Obama était l’une des têtes d’affiche de la convention virtuelle des démocrates, qui a commencé lundi soir et qui se déroule jusqu’à jeudi.

«Être président est difficile», a déclaré l’ancienne première dame qui a affirmé être l’une des rares personnes vivantes à avoir été une « témoin directe de l’immense poids et de l’immense pouvoir que représente la présidence des États-Unis».

«Ce travail est compliqué, il demande du jugement, de la lucidité, la capacité de maîtriser nombre d’enjeux complexes, un dévouement pour les faits et l’Histoire, un sens moral, et la capacité d’écouter», a énuméré l’ancienne première dame avant d’ajouter qu’un président se devait également d’être convaincu que la vie de chaque américain était importante.

Michelle Obama a cité les multiples crises auxquelles la prochaine administration devra s’attaquer: sanitaire, financière, climatique et sociale.

«Chaque fois que nous tournons le regard vers cette Maison-Blanche à la recherche de leadership ou de consolation ou pour un semblant de stabilité, tout ce qu’on voit, c’est le chaos, la division, et un manque total d’empathie», a déclaré Michelle Obama après avoir fait référence à la mort de George Floyd et du mouvement de manifestations contre le racisme et les violences policières.

Elle a également insisté sur l’importance, pour les enfants américains, que le leader du pays soit capable de montrer de l’empathie.

Les enfants américains, selon l’ancienne première dame, grandissent actuellement dans un monde qui pourrait avoir un impact très négatif sur les individus qu’ils deviendront.

«Ils voient leurs leaders qualifier d’autres citoyens « d’ennemies de l’État », alors que ces mêmes leaders encouragent des suprémacistes blancs, ils regardent avec horreur des enfants séparés de leurs familles et enfermés dans des cages. Des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sont utilisés contre des manifestants pacifiques pour des séances photo».

«Alors quelle est notre stratégie maintenant?» a demandé Michelle Obama.

Elle a répété ce qu’elle avait dit à la convention démocrate de Philadelphie en 2016:

« When they go low, we go high » (« quand ils s’enfoncent, on s’élève ».

Pour Michelle Obama, s’élever veut dire «se débarrasser des mensonges et de la méfiance qui nous menottent actuellement avec la seule chose qui peut nous libérer: la vérité».

Elle a répété que Donald Trump n’était tout simplement pas à la hauteur de la tâche qui incombe au président et que «des vies américaines dépendaient» de ces élections.

Elle a ajouté que «si vous pensez que les choses ne peuvent pas être pires, croyez-moi, elles le peuvent.» Mme Obama a souligné la nécessité pour tous les Américains de voter, faisant référence aux électeurs qui sont restés chez eux en 2016 et qui ont contribué à la victoire de Donald Trump cette année-là, alors même qu’il avait perdu le vote populaire.

«Nous en avons tous subi les conséquences», a-t-elle ajouté.

En revanche, elle a décrit le candidat Joe Biden comme un homme décent, qui se battra pour la classe moyenne.

«Je connais Joe, c’est un homme profondément décent, guidé par la foi, il était un incroyable vice-président, il sait ce que ça prend pour restaurer une économie après une pandémie et guider le pays», a-t-elle dit avant d’ajouter que Joe Biden était un homme qui «écoutait et faisait confiance à la science».

Le sénateur Bernie Sanders a également pris la parole, soulignant que l’enjeu principal des élections de novembre n’est rien de moins que la «protection de la démocratie».

Il a décrit Donald Trump comme un président incapable de diriger les citoyens à travers les crises qui secouent le pays.

Bernie Sanders a affirmé que Donald Trump «mettait la vie d’Américains en danger en refusant de croire la science», en faisant référence à la façon dont la Maison-Blanche gère la pandémie.

Comme plusieurs autres intervenants, il a souligné que les élections de novembre étaient «les plus importantes de l’Histoire récente».

D’anciens responsables républicains qui soutiennent Joe Biden contre Donald Trump étaient également en vedette lundi soir.

L’ancien gouverneur de l’Ohio John Kasich a fait un discours dans lequel il a souligné les dangers de la division et de la polarisation au sein de la société américaine:

«Plusieurs d’entre-nous sommes très inquiets de la voie sur laquelle nous sommes depuis quatre ans, c’est un chemin qui mène à la division, à la dysfonction, à l’irresponsabilité et à une agressivité grandissante entre les citoyens. Les conséquences de continuer sur ce chemin seront terribles», a indiqué celui qui dit avoir été républicain toute sa vie, mais qui exceptionnellement, appuiera Joe Biden.

D’autres anciens politiciens républicains ont donné leur appui à Joe Biden lors de cette convention, comme l’ancienne représentante de New York Susan Molinari et l’ancienne gouverneure du New Jersey Christine Whitman.

Lors de l’ouverture de cette convention, les démocrates ont également pu entendre la sénatrice du Minnesota Amy Klobuchar et d’autres anciens rivaux de M. Biden dans la course à l’investiture démocrate.

L’ancien vice-président Joe Biden acceptera seulement jeudi soir la nomination du Parti démocrate en vue de l’élection présidentielle de novembre, mais il a été présent lundi, et le sera tout au long de la convention virtuelle des démocrates.

Laisser un commentaire
Les plus populaires