Mike Pence affirme qu’il n’a pas quitté son poste avec du matériel classifié

DES MOINES, Iowa — L’ancien vice-président des États-Unis Mike Pence a déclaré vendredi qu’il n’avait emporté aucune information classifiée avec lui lorsqu’il a quitté ses fonctions.

M. Pence a fait ce commentaire lors d’une entrevue avec l’Associated Press dans l’Iowa une semaine et demie après que le FBI a saisi des informations classifiées et top secrètes lors d’une perquisition dans le domaine Mar-a-Lago de l’ancien président Donald Trump.

Lorsqu’on lui a demandé directement s’il avait conservé des informations classifiées en quittant ses fonctions, Mike Pence a répondu: «non, pas à ma connaissance.»

La divulgation – qui serait généralement banale pour un ancien vice-président – est significative étant donné que des agents du FBI ont pris 11 ensembles de documents classifiés dans la propriété de son ancien patron le 8 août, alors qu’ils enquêtaient sur des violations potentielles de trois lois fédérales différentes. Donald Trump a affirmé que les documents saisis par les agents étaient «tous déclassifiés» et a fait valoir qu’il les aurait remis si le ministère de la Justice l’avait demandé.

Malgré la présence de matériel marqué «top secret» dans la liste du gouvernement des objets récupérés à Mar-a-Lago, M. Pence a déclaré: «honnêtement, je ne veux pas porter de jugement avant de connaître tous les faits.»

Vendredi, M. Pence s’est également exprimé sur la défaite aux primaires de la représentante républicaine Liz Cheney, en début de semaine, face à un rival soutenu par M. Trump. Mme Cheney, qui est sans doute la critique républicaine la plus importante de M. Trump, a qualifié l’ancien président de «menace et de risque très graves pour notre république» et a suscité la colère de ce dernier pour son rôle de vice-présidente de la commission de la Chambre des représentants chargée d’enquêter sur l’insurrection du 6 janvier 2021 au Capitole.

«Ma réaction a été, les habitants du Wyoming ont parlé, a déclaré M. Pence, qui a été pris pour cible au Capitole ce jour-là par des émeutiers en colère, dont certains ont crié »Pendez Mike Pence ». Et, vous savez, j’accepte leur décision sur le type de représentation qu’ils veulent au Capitole.»

M. Pence a dit qu’il avait «un grand respect» pour le père de Mme Cheney, l’ancien vice-président Dick Cheney, qui a servi deux mandats sous le président George W. Bush.

«Et j’apprécie la position conservatrice que la députée Cheney a adoptée au fil des ans, a poursuivi Mike Pence. Mais j’ai été déçu par l’aspect partisan de la commission du 6 janvier dès le début.»

Parlant plus en détail de la perquisition de Mar-a-Lago, l’ancien vice-président a évoqué la possibilité, comme il l’a déjà fait, que l’enquête ait été politiquement motivée et a appelé le procureur général Merrick Garland à divulguer plus de détails sur ce qui a conduit les autorités à mener la perquisition. 

«L’inquiétude ressentie par des millions d’Américains ne sera résolue qu’avec la lumière du jour, a mentionné Mike Pence vendredi. Je sais que ce n’est pas habituel dans une enquête. Mais c’est une action sans précédent de la part du ministère de la Justice, et je pense qu’elle mérite une transparence sans précédent.»

Il y a quelques jours, alors qu’il s’exprimait lors d’un petit-déjeuner politique dans le New Hampshire, M. Pence a exhorté ses collègues républicains à cesser de s’en prendre aux membres du FBI à propos de la perquisition de Mar-a-Lago. Lors de l’événement de mercredi, il a cherché à atténuer certaines des menaces croissantes contre le FBI par d’ardents partisans de Donald Trump, qui sont furieux que son domicile ait été fouillé.

«Le Parti républicain est le parti de la loi et de l’ordre», a affirmé M. Pence mercredi, ajoutant que le parti se tient toujours aux côtés de ceux qui appliquent la loi. Il a dit que ces attaques contre le FBI doivent cesser.  

Mike Pence était dans l’Iowa vendredi dans le cadre d’un voyage de deux jours dans l’État, qui devrait accueillir les premiers caucus présidentiels républicains de 2024. M. Pence a déclaré vendredi qu’il prendrait une décision au début de l’année prochaine sur l’occasion de se présenter à la Maison-Blanche, une décision qui, selon ses collaborateurs, sera indépendante de ce que Donald Trump décidera de faire.

Après avoir visité la foire agricole l’Iowa State Fair vendredi après-midi, M. Pence a également été la tête d’affiche d’une collecte de fonds plus tôt dans la journée pour le sénateur républicain Chuck Grassley et devait s’adresser à un groupe chrétien conservateur ainsi qu’à un autre groupe de collecte de fonds du parti républicain du nord de l’Iowa avant de partir samedi.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.