Mine de sables bitumineux Teck Frontier: le PM doit dire non, selon des médecins

Plus de 175 médecins, experts et professionnels de la santé demandent au gouvernement fédéral de rejeter le projet de mine de sables bitumineux Teck Frontier en Alberta.

Ils disent formuler cette demande au nom des enfants, est-il écrit dans une lettre transmise au premier ministre Justin Trudeau et au ministre de l’Environnement, Jonathan Wilkinson.

Ce projet de mine est situé à 110 km au nord de la ville de Fort McMurray en Alberta et doit produire jusqu’à 260 000 barils de bitume, qui seraient transportés par pipeline. La mine doit être en service pendant 41 ans. Le projet créera évidemment de nombreux emplois et des milliards $ en revenus pour les gouvernements, soutient l’entreprise.

Teck Resources attend d’ici la fin février une décision du gouvernement fédéral au sujet de son projet Frontier.

Dans leur lettre, les professionnels, sous le leadership de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME), affirment craindre pour la santé des populations.

Une partie de leurs inquiétudes vient du fait qu’il manque de données au sujet de tels projets.

Les analyses d’impacts sur la santé des communautés vivant à proximité des projets d’exploitation des sables bitumineux sont très limitées et insuffisantes, malgré des demandes d’études répétées par les professionnels de la santé depuis plus de dix ans, indique dans un communiqué la Dre Courtney Howard, présidente du conseil d’administration de l’ACME.

Le manque de données de base, le faible nombre de cas ayant été examinés par les études et les maladies à longue période de latence, comme le cancer, sont des problèmes courants dans les quelques études qui ont été réalisées sur les effets de l’extraction des ressources au Canada, soulignent-ils.

Et puis, l’impact d’un tel projet d’exploitation de sables bitumineux sur l’environnement ne peut être ignoré, disent-ils: le projet Teck Frontier entravera gravement la capacité du Canada à atteindre ses objectifs d’émissions dans le cadre de l’accord de Paris de 2015. Plus encore, il a le potentiel de contribuer négativement à l’urgence climatique.

«D’un point de vue de santé mondiale, il est irresponsable et indéfendable de continuer à développer les combustibles fossiles», renchérit Robin Edger, directeur exécutif de l’ACME.

Les médecins insistent sur le fait que les changements climatiques ont déjà un impact sur la santé des Canadiens, citant les graves incendies ayant nécessité l’évacuation des établissements de santé en Colombie-Britannique et en Alberta, la propagation de la maladie de Lyme en Ontario, les décès liés à la chaleur au Québec et l’érosion côtière dans les Maritimes.

Teck Resources a récemment déclaré s’être fixé pour objectif d’être carboneutre d’ici 2050. L’entreprise affirme qu’elle tentera d’atteindre son objectif en évitant d’abord de créer des émissions, puis en les éliminant ou en les minimisant.

Les plus populaires