Ministère de l’Économie et de l’Investissement: la conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue loin d’être rassurée

AMOS, Qc — La Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue demeure prudente face aux mesures annoncées par le ministre responsable de la région, Pierre Dufour, dans la foulée du déménagement des bureaux régionaux du ministère de l’Économie et de l’Investissement de Rouyn-Noranda à Gatineau.

La CPAT avait dénoncé, dans un communiqué, la perte de pouvoir pour la région. « Encore une fois, une instance décisionnelle quitte la région, avait affirmé le Président de la CPAT et maire de Malartic, Martin Ferron, faisant référence notamment au ministère de la Culture, qui avait elle aussi déménagé sa direction régionale à Gatineau. Ce n’est pas un fonctionnaire qui va débarquer ici avec un compte de dépenses qui va pouvoir vraiment nous aider à développer notre économie. Pour être efficace, il faut des contacts, des liens solides avec le milieu. On ne peut pas développer ça dans un bureau à Gatineau.»

Pierre Dufour se veut rassurant

Interrogé par la Presse canadienne à ce sujet, le ministre responsable de l’Abitibi-Témiscamingue, Pierre Dufour, avait de bonnes nouvelles à annoncer aux préfets. «Nous avons modifié les mandats conférés au MEI et à Investissements Québec, a expliqué le ministre Dufour. Tous les budgets d’aide au développement économique sont transférés du MEI à Investissements Québec, qui conserve 17 bureaux souverains, dans toutes les régions du Québec. Ce qui est important pour nous, c’est de poursuivre le développement des régions. En ce sens, nous continuons à être proactifs.»

Les préfets de la région demeurent tout de même circonspects face à ces déclarations du ministre. «J’entends ce que vous me dites, mais rien de tout cela n’a encore été présenté par écrit, avertit le maire d’Amos et vice-président de la CPAT, Sébastien D’Astous, joint par la Presse canadienne. Toute forme de délocalisation de nos pouvoir, ça nous inquiète. Nous avons besoin d’intentions concrètes de la part du gouvernement.»

M. D’Astous précise également que les préfets travaillent de concert avec le ministre régional pour tenter de sauver les instances décisionnelles régionales en matière économique. L’Abitibi-Témiscamingue garde en effet des souvenirs amers du transfert des bureaux du ministère de la Culture et des Communications vers Gatineau.

Actuellement, le nombre de bureaux régionaux du MEI a été réduit de 17 à six, ce qui a provoqué un tollé dans plusieurs régions. Les changements ont pris effet le 18 juin dernier, mais des discussions ont toujours cours entre le gouvernement caquiste et les régions. «Si vraiment la CAQ modifie le mandat des deux organismes pour conserver les pouvoirs décisionnels en matière de développement économiques dans les régions, nous serons satisfaits, de dire Sébastien D’Astous. Mais pour le moment, rien n’est encore confirmé à cet effet. Nous souhaitons conserver notre autonomie régionale.»

Texte de l’Initiative de journalisme local

Laisser un commentaire
Les plus populaires