Missile en Pologne: rien ne pointe en direction d’une attaque russe

PRZEWODÓW, Pologne — La Pologne a assuré mercredi qu’il n’y avait «absolument aucune indication» qu’un missile qui est tombé sur des terres agricoles polonaises, tuant deux personnes, était une attaque intentionnelle contre le pays de l’OTAN, et que l’Ukraine voisine a probablement lancé le projectile de l’ère soviétique alors qu’elle repoussait un assaut aérien russe qui a saccagé son réseau électrique.

«La défense ukrainienne lançait ses missiles dans différentes directions et il est fort probable qu’un de ces missiles soit malheureusement tombé sur le territoire polonais, a déclaré le président polonais Andrzej Duda. Rien, absolument rien ne laisse penser qu’il s’agissait d’une attaque intentionnelle contre la Pologne.»

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, lors d’une réunion de l’alliance militaire à Bruxelles, a approuvé l’évaluation.

«Une enquête sur cet incident est en cours et nous devons attendre son résultat. Mais nous n’avons aucune indication que cela soit le résultat d’une attaque délibérée», a déclaré M. Stoltenberg aux journalistes.

Les conclusions préliminaires sont intervenues après que le président américain Joe Biden et d’autres bailleurs de fonds occidentaux de l’Ukraine eurent appuyé l’enquête, et au milieu des affirmations répétées de la Russie selon lesquelles elle n’avait pas tiré le missile.

M. Biden a déclaré qu’il était «peu probable» que la Russie ait tiré le missile, mais il a ajouté: «Je vais m’assurer que nous découvrons exactement ce qui s’est passé.»

Le missile est tombé mardi près de la frontière entre la Pologne et l’Ukraine. Trois responsables américains ont déclaré que des évaluations préliminaires suggéraient qu’il avait été tiré par les forces ukrainiennes sur un missile russe entrant. Les responsables ont parlé sous le couvert de l’anonymat parce qu’ils n’étaient pas autorisés à discuter publiquement de la question.

L’Ukraine, ancien pays du bloc soviétique, conserve des stocks d’armes de fabrication soviétique et russe, y compris des missiles de défense aérienne, et a également saisi de nombreuses autres armes russes tout en repoussant les forces d’invasion du Kremlin.

Les défenses aériennes ukrainiennes ont lutté avec acharnement contre l’assaut russe mardi sur les installations de production et de transmission d’électricité, y compris dans la région occidentale de l’Ukraine qui borde la Pologne. L’armée ukrainienne a déclaré que 77 des plus de 90 missiles tirés avaient été abattus, ainsi que 11 drones.

Le Kremlin a dénoncé mercredi la réaction initiale de la Pologne et d’autres pays à l’incident du missile et, dans un rare éloge pour un dirigeant américain, a salué la réponse des États-Unis.

«Nous avons assisté à une autre réaction hystérique, frénétique et russophobe qui n’était basée sur aucune donnée réelle», a déclaré mercredi à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Il a ajouté qu’«immédiatement, tous les experts ont réalisé qu’il ne pouvait pas s’agir d’un missile lié aux forces armées russes», et a souligné une «réaction retenue, beaucoup plus professionnelle» des États-Unis et de son président, Joe Biden.

À Bruxelles, les pays de l’OTAN se réunissaient mercredi pour des pourparlers d’urgence. Il n’y avait aucune preuve immédiate que l’explosion de mardi était une attaque délibérée et hostile contre la Pologne, membre de l’OTAN, qui pourrait déclencher les dispositions de l’alliance pour une réponse militaire collective.

La Russie a nié toute implication. Mais l’Ukraine a essuyé mardi un barrage de missiles de croisière et de drones explosifs, ce qui a assombri l’image de ce qui s’est exactement passé en Pologne et pourquoi.

En Europe, l’Allemagne et le Royaume-Uni, membres de l’OTAN, ont été parmi ceux qui ont souligné la nécessité d’une enquête complète. Le chancelier allemand Olaf Scholz a mis en garde contre les conclusions hâtives «dans une affaire aussi grave».

Pourtant, M. Scholz et d’autres ont également blâmé globalement, mais pas spécifiquement, l’invasion de l’Ukraine par le président russe Vladimir Poutine.

«Cela ne serait pas arrivé sans la guerre russe contre l’Ukraine, sans les missiles qui sont actuellement tirés intensivement et à grande échelle sur les infrastructures ukrainiennes», a souligné M. Scholz.

Le premier ministre britannique Rishi Sunak a fait écho à cette évaluation en déclarant : «C’est la réalité cruelle et implacable de la guerre de Poutine».

Les dégâts causés par l’assaut aérien en Ukraine ont été considérables et des pans entiers du pays ont été plongés dans l’obscurité. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré qu’environ 10 millions de personnes avaient perdu l’électricité, mais a ensuite indiqué que 8 millions avaient été reconnectées, les équipes de réparation travaillant toute la nuit. Les précédentes frappes russes avaient déjà détruit environ 40 % de l’infrastructure énergétique du pays.

Les médias polonais ont rapporté que la frappe avait eu lieu dans une zone où le grain séchait à Przewodow, un village près de la frontière avec l’Ukraine.

Le ministère russe de la Défense a nié être à l’origine de «toutes frappes sur des cibles proches de la frontière ukraino-polonaise» et a déclaré dans un communiqué que les photos de prétendus dommages «n’ont rien à voir» avec des armes russes.

Le bombardement russe a également touché la Moldavie voisine, qui a signalé des pannes de courant massives après que les frappes en Ukraine aient déconnecté une ligne électrique de la petite nation.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.