Mitch McConnell veut repousser le début du procès de destitution au mois de février

WASHINGTON — Le leader républicain du Sénat, Mitch McConnell, propose de repousser le début du procès de destitution de Donald Trump au mois de février pour donner à l’ancien président le temps de se préparer et d’examiner le dossier.

Les démocrates de la Chambre des représentants qui ont voté pour la destitution de Donald Trump la semaine dernière pour avoir incité à l’émeute meurtrière du 6 janvier au Capitole ont signalé qu’ils voulaient passer rapidement au procès alors que le président Joe Biden entame son mandat.

Les démocrates affirment que ce processus est nécessaire pour que le pays
— et le Congrès — puisse finalement tourner la page sur cet épisode.

Mais jeudi soir,  M. McConnell a suggéré un calendrier plus long qui verrait la Chambre transmettre l’article de mise en accusation la semaine prochaine, le 28 janvier, pour lancer la première phase du procès. Après cela, le Sénat accorderait à l’équipe de défense du président et aux procureurs de la Chambre deux semaines pour déposer des mémoires. Les arguments dans le procès commenceraient probablement à la mi-février.

«Les républicains du Sénat sont fermement unis derrière le principe selon lequel l’institution du Sénat, le bureau de la présidence et l’ancien président Trump lui-même méritent tous un processus complet et équitable qui respecte ses droits et les graves questions factuelles, juridiques et constitutionnelles en jeu», compte tenu notamment de la vitesse sans précédent du processus de la Chambre, a déclaré M. McConnell.

Le chef de la majorité au Sénat, le démocrate Chuck Schumer, examine la proposition et en discutera avec M. McConnell, a déclaré un porte-parole. Les deux leaders négocient également la façon dont le nouveau Sénat, composé de 50 démocrates et 50 républicains,  fonctionnera et comment ils équilibreront les priorités.

Un délai du procès en destitution pourrait plaire à certains démocrates, car cela donnerait au Sénat plus de temps pour confirmer les nominations du Cabinet de Joe Biden et débattre des nouvelles mesures d’urgence pour venir en aide aux Américains touchés par le coronavirus. Le sénateur démocrate Chris Coons du Delaware, un allié clé du président, a déclaré au réseau CNN que les démocrates envisageraient un report «si nous progressons dans la confirmation de l’équipe très talentueuse, chevronnée et diversifiée que le président Joe Biden a nommée».

Le pouvoir ultime pour décider de l’échéancier appartient à la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, qui peut déclencher le début du procès à tout moment en renvoyant au Sénat l’acte d’accusation d’incitation à une insurrection. La démocrate de Californie n’a pas encore dit quand elle le ferait.

«Ce sera bientôt. Je ne pense pas que ce sera long, mais nous devons le faire», a déclaré Nancy Pelosi jeudi. Elle a affirmé que Donald Trump ne méritait pas une «carte de sortie de prison» simplement parce qu’il avait quitté ses fonctions et que Joe Biden et d’autres appelaient à l’unité nationale.

Confronté à son deuxième procès en destitution en deux ans, Donald Trump a commencé à rassembler son équipe de défense en engageant l’avocat Butch Bowers pour le représenter, selon un conseiller. Butch Bowers a auparavant été l’avocat d’anciens gouverneurs de Caroline du Sud, Nikki Haley et Mark Sanford.

– Par Mary Clare Jalonick et Lisa Mascaro, The Associated Press

Laisser un commentaire