Montréal figure dans les plans de l’ONU pour un nouveau bureau de services

Montréal a été choisie comme l’une des quatre villes devant accueillir des bureaux de service des Nations unies dans le cadre d’une proposition qui permettrait à l’organisme international de répartir ses activités administratives un peu partout dans le monde.

Stéphane Paquet, de Montréal International, une organisation qui a aidé à faire pression sur l’ONU pour un bureau dans la métropole, a déclaré que Montréal se joindrait à Nairobi, au Kenya, Budapest, en Hongrie et Shenzhen, en Chine, sur la liste des villes proposées pour le projet de centres de services partagés.

M. Paquet a précisé que Montréal n’était pas en concurrence avec les autres villes. Soit toutes les quatre seront choisies lors d’une réunion du comité administratif et budgétaire de l’ONU le mois prochain, soit le projet n’ira pas de l’avant.

Il a ajouté que le site de Montréal gérerait la paie et les ressources humaines pour cet organisme international. Le bureau compterait environ 100 employés, dont 80 pour cent seraient embauchés localement.

Le bureau de la paie et des ressources humaines constituerait la cinquième entité liée à l’ONU dans la ville. Montréal compte déjà sur son territoire l’Institut de statistique de l’UNESCO, l’Organisation de l’aviation civile internationale, le secrétariat de la Convention sur la diversité biologique et le secrétariat du Fonds multilatéral pour la mise en œuvre du Protocole de Montréal.

M. Paquet affirme que Montréal a été choisie en raison de son grand bassin de talents francophones et de son coût de la vie relativement bas. Il a précisé que le bureau offrira des services aux employés de l’ONU francophones.

M. Paquet a ajouté que la candidature de Montréal comprenait des mesures incitatives financières, mais il a relayé les questions à ce sujet à Affaires mondiales Canada. Les représentants du ministère fédéral ont refusé les demandes d’entrevue.

Les plus populaires