Montréal: le syndicat des professionnels scientifiques menace de faire la grève

MONTRÉAL – Le Syndicat professionnel des scientifiques à pratique exclusive de Montréal (SPSPEM) a déposé un avis de grève pour le 17 mai prochain, jugeant que la Ville «n’est pas raisonnable» dans ses demandes à l’endroit de ces employés, majoritairement des ingénieurs.

Le président du SPSPEM, André Émond, a souligné en entrevue que le syndicat souhaitait d’abord poursuivre les négociations pour éviter d’en venir à cette étape.

Les membres ont voté à 92 pour cent pour la grève le 6 avril dernier, a indiqué M. Émond.

Advenant un arrêt de travail, ces employés ne se présenteraient pas sur les chantiers de la Ville pour vérifier la qualité des travaux et des matériaux et s’assurer du suivi des opérations, a expliqué M. Émond. Le président syndical a prévenu qu’il «n’accepterait pas» que l’administration municipale embauche des briseurs de grève pour les remplacer.

Selon André Émond, l’employeur a «une trentaine de demandes» — liées notamment au salaire, aux congés parentaux et au régime de retraite — alors que les employés «n’en ont (pratiquement) pas», a-t-il soutenu.

Le syndicat indique que la Ville exige notamment une réduction de neuf pour cent de la rémunération de ses membres.

«Selon nos chiffres, on est en-deçà du marché. On est déjà quatre à cinq pour cent inférieur au marché et ils nous demandent une réduction additionnelle de neuf pour cent. Vous comprenez bien que nos membres sont en complet désaccord», a-t-il soutenu.

Le contrat de travail des membres SPSPEM est échu depuis le 31 décembre 2010. On compte parmi ces 440 travailleurs des ingénieurs, des arpenteurs-géomètres, des chimistes et des médecins vétérinaires.