Montréal n’en appellera pas du jugement au dossier du Centre islamique Badr

MONTRÉAL – Les autorités municipales de Montréal ne porteront pas en appel le jugement rendu le 12 janvier dernier par la Cour supérieure dans le dossier du Centre islamique Badr situé dans l’arrondissement de Saint-Léonard.

Pendant quelques années, la Ville de Montréal a cherché à faire fermer la mosquée du boulevard Langelier, notamment parce que des commerçants du voisinage ont fait part de problèmes de stationnement causés par l’achalandage au Centre.

Pour obtenir gain de cause, les autorités municipales avaient présenté au tribunal des arguments reposant sur le zonage du secteur. Ils ont été rejetés par le juge.

La Ville de Montréal n’explique pas sa décision de ne pas en appeler, mais précise qu’elle a été prise après consultation du contentieux de la Ville. La décision est annoncée mercredi par le maire, Denis Coderre, et l’ensemble des élus de l’arrondissement de Saint-Léonard.

En plus d’offrir des séances de prière, le Centre islamique Badr offre aux musulmans divers services à vocation religieuse et éducative, dont une école coranique.