Montréal: piquets de grève érigés mardi matin devant le siège social du CN

MONTRÉAL — Des piquets de grève ont été dressés mardi matin par des syndiqués de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) devant le siège social du transporteur ferroviaire situé sur la rue de la Gauchetière Ouest, au centre-ville de Montréal.

Environ 3200 chefs, agents de train et agents de triage du CN ont déclenché une grève mardi de la semaine dernière. Leur convention collective est échue depuis le 23 juillet.

La partie syndicale se dit préoccupée par les longues heures de travail, des enjeux entourant la fatigue et ce qu’elle considère comme des conditions de travail dangereuses. Selon le syndicat des Teamsters qui les représente, aucun progrès substantiel n’a été réalisé à la table des négociations qui se poursuivent à Montréal sous les yeux des conciliateurs fédéraux.

Dans un communiqué diffusé lundi, la direction du CN affirme être déterminée à collaborer avec les médiateurs fédéraux afin d’en arriver à une entente équitable.

Le transporteur ajoute qu’il a proposé des solutions visant à mettre fin à la grève ou pour continuer les négociations sans nuire davantage l’économie. Il dit avoir suggéré au syndicat un retour au travail et de soumettre les différends restants à l’arbitrage exécutoire volontaire, ce que le syndicat a refusé jusqu’à maintenant, selon l’employeur.

Le Canadien National soutient que le nombre de cadres qualifiés ne lui permet d’assurer qu’environ 10 pour cent de son service normal de manière sécuritaire sur l’ensemble des 22 000 kilomètres de son réseau canadien.

D’autre part, le CN dit avoir pris connaissance d’un enregistrement publié par le syndicat et affirme qu’il se penche sur ce dossier. L’enregistrement d’une conversation téléphonique fait entendre un cheminot se plaindre de la fatigue alors qu’on lui demande de prendre les commandes d’un convoi, et son supérieur lui répondre qu’il sera sanctionné en cas de refus. 

Des agriculteurs québécois privés des livraisons ferroviaires de gaz propane pour le maintien de certaines de leurs activités ont manifesté au cours des derniers jours pour que le conflit se règle. Au terminal du port de Halifax, des dizaines de mises à pied devraient être effectuées jeudi en raison du ralentissement des activités provoqué par le conflit de travail.