Montréal: suspect de meurtres abattu par la police dans sa chambre d’hôtel

MONTRÉAL — Un homme de 26 ans, Abdulla Shaikh, qui souffrait de problèmes de santé mentale et qui aurait tué trois personnes au hasard mardi et mercredi, à Montréal et Laval, a été abattu jeudi matin par un ou des policiers alors qu’il se trouvait à l’intérieur d’une chambre du Motel Pierre, dans l’arrondissement de Saint-Laurent.

La Presse Canadienne a obtenu l’identité du suspect auprès d’une source policière et la Sûreté du Québec devait rencontrer sa famille en après-midi.

Abattu dans sa chambre d’hôtel

Sur la rue Grenet, derrière le Motel Pierre, plusieurs résidants d’un immeuble à logements se sont fait réveiller par des bruits provenant de la cour arrière du bâtiment.

Un des résidants a raconté à La Presse Canadienne être sorti sur son balcon un peu avant 7h après avoir entendu «un gros bang».

«Je ne sais pas ce que c’était, je suis sorti et on a vu deux policiers armés dans la cour qui ont dit de retourner à l’intérieur.»

L’homme qui refuse de s’identifier, car le Motel Pierre, voisin de l’immeuble, «est un endroit où il y a tout le temps du trouble», a ensuite entendu plusieurs coups de feu. 

«Je n’ai pas vu les policiers tirer parce qu’on est rentré à l’intérieur, mais on a aussi entendu les bruits de la fenêtre éclater», a raconté le témoin en pointant la fenêtre d’une chambre d’hôtel qui a été recouverte d’une toile de papier d’aluminium par les policiers. 

Plusieurs résidants de l’immeuble ont raconté le même récit et une source policière a indiqué à La Presse Canadienne que le suspect avait été abattu alors qu’il se trouvait dans une chambre et que des policiers qui ont ouvert le feu se trouvaient dans la cour de l’immeuble de la rue Grenet où la police a érigé un périmètre de sécurité.

Des victimes qui auraient été choisies au hasard

Jeudi matin, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a confirmé que le suspect de 26 ans avait été abattu, avant d’ajouter que c’est désormais le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) qui est appelé à faire la lumière sur l’intervention qui a eu lieu au Motel Pierre.

Quant aux trois meurtres, l’enquête est menée par la Sûreté du Québec (SQ).

Une sergente de la SQ, Audrey-Anne Bilodeau, croit «qu’à première vue», l’homme aurait choisi ses victimes au hasard et «c’est quelqu’un pour lequel le Service de police de Montréal était intervenu en lien avec des appels de santé mentale».

«Une grosse partie de l’enquête, c’est d’essayer d’établir les motivations de la personne. Ce que l’on sait à première vue, c’est que cette personne-là ne serait pas liée au crime organisé» et «il semble qu’il aurait agi seul, à première vue, il n’avait pas de complice, pas nécessairement de lien non plus avec les victimes, malheureusement. Alors on tente toujours d’établir finalement les motivations de cet homme là», a expliqué Audrey-Anne Bilodeau dans un point de presse devant le Motel Pierre où la SQ a établi un poste de commandement.

Comme l’a souligné la porte-parole de la SQ, déterminer les motivations d’un suspect qui a été abattu peut s’avérer difficile.

«Ça représente un niveau de difficulté supérieur, mais toutefois les enquêteurs vont avoir d’autres pistes d’enquête, on va aller voir les proches de la personne et on va également essayer d’avoir des informations sur la scène. La scène va nous parler en tant que tel. Des fois, on va devoir, par des autorisations légales, par exemple des mandats pour entrer dans des domiciles, aller voir s’il y avait présence d’armes à feu, si elles étaient enregistrées. Donc c’est le genre d’étape que les enquêteurs vont passer au travers dans un dossier comme celui-ci», a souligné la sergente Bilodeau. 

Trois meurtres en 36 heures

Dans une première communication, le BEI explique que des policiers du groupe tactique d’intervention du SPVM ont procédé vers 7h00 à une perquisition à l’intérieur du motel situé sur le boulevard Marcel-Laurin. 

Sur place, les policiers auraient été confrontés par un homme en possession d’une arme à feu et des coups de feu auraient été tirés.

Le BEI signale que l’homme aurait été atteint par au moins un projectile et que sa mort a été constatée sur place.

Au cours des 36 heures précédentes, trois personnes ont été tuées par balles sur la voie publique: deux à Montréal et une autre à Laval.

Mardi soir, vers 21h45, un homme âgé de 64 ans a été assassiné près d’un abri d’autobus situé à l’intersection des boulevards Jules-Poitras et Deguire, dans l’arrondissement de Saint-Laurent. 

Environ 65 minutes plus tard, dans le quartier voisin d’Ahuntsic, un homme de 48 ans a été tué à l’intersection des rues Sauvé Ouest et Meilleur, près du parc Saint-Benoît. 

Les deux décès ont été confirmés par les policiers dès leur arrivée sur les lieux.

Et mercredi soir à Laval, un homme dont l’âge n’a pas été dévoilé qui se trouvait sur le boulevard Clermont, dans le quartier Laval-des-Rapides, a été abattu d’au moins un projectile d’arme à feu.

Lors d’un point de presse jeudi matin, Sophie Roy, directrice par intérim du SPVM, a offert ses condoléances aux familles des victimes.

«Nous sommes tous sensibles au SPVM à la douleur des familles. D’ailleurs, je tiens à offrir mes condoléances les plus senties aux familles qui sont aujourd’hui éprouvées par ces drames. Depuis mardi, l’ensemble des unités d’enquête de la gendarmerie et du renseignement du SPVM ont travaillé jour et nuit sur une enquête d’envergure pour élucider ces meurtres» a indiqué la directrice du corps de police avant d’ajouter: «Je suis fière du dévouement, de l’engagement, de l’ensemble de nos équipes qui se sont mobilisées, permettant ainsi un dénouement rapide de l’enquête».

En mêlée de presse, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a réitéré ses condoléances aux familles des victimes de cet «événement innommable», faisant un parallèle avec l’attaque au sabre de l’Halloween 2020 à Québec. 

«J’avais rencontré les dirigeants des principaux corps de police en prévision d’un été qui s’annonçait potentiellement chaud d’un point de vue de la violence, a affirmé Mme Guilbault. L’été est avancé, donc demain je rencontrerai à nouveau la directrice générale de la SQ, la directrice par intérim du SPVM et le directeur du Service de police de Laval.»

Elle a rappelé que le gouvernement a investi plus de 200 millions $ en répression policière et en prévention l’an dernier. 

«S’il faut faire autre chose, on va le faire parce que la sécurité de nos citoyens et le sentiment de sécurité de nos citoyens, c’est une priorité pour notre gouvernement», a-t-elle ajouté.

Mme Guilbault estime que la métropole et le Québec demeurent sécuritaires, malgré «la situation globale de violence qui sévit dans le Grand Montréal et qui inquiète les gens».

Un résidant inquiet

Un résidant de l’arrondissement Saint-Laurent rencontré jeudi matin n’a pas caché son inquiétude à la suite de l’incident.

«Je (suis) un peu inquiet. Je prends l’autobus, je travaille (la nuit) et hier, quand j’ai entendu les informations, je me suis dit que non, il n’y a aucune façon que je vais prendre l’autobus ici dans le coin», a raconté Daryl Holmes, qui a finalement décidé d’appeler un Uber pour rentrer chez lui.

M. Holmes n’a pas été surpris d’apprendre que le suspect a été trouvé dans le secteur du motel, affirmant que les gens de Saint-Laurent savent que c’est un endroit où se trouvent souvent des individus louches.

S’il est rassuré que le suspect ait été trouvé et neutralisé, M. Holmes est secoué à un point tel qu’il songe à quitter l’arrondissement dans lequel il a habité toute sa vie. 

 «Ce n’est plus un endroit sécuritaire», a-t-il lancé en anglais, ajoutant que dans sa jeunesse, les enfants pouvaient laisser traîner leur vélo dehors sans même craindre de se le faire voler. 

«Maintenant, tu ne peux même pas ouvrir la porte parce que tu ne sais jamais ce qui va se passer», a-t-il déploré.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.