Mort de George Floyd: des manifestations se déroulent dans les petites villes

OMAHA, Neb. — Norfolk, au Nebraska, est une ville calme, conservatrice et à prédominance blanche.

Les manifestations publiques sont rares dans cette localité, où habitent 24 000 personnes.

Lorsqu’environ 300 personnes se sont rassemblées le week-end dernier, exprimant leur indignation face à la mort de George Floyd, à Minneapolis, les résidents ont remarqué.

Le rassemblement a été pacifique. Mais le fait qu’il se soit produit tout court illustre à quel point le mouvement contre la brutalité et la discrimination policières s’est propagé.

«C’était important de le faire, surtout au milieu du Nebraska, a déclaré l’organisateur du rallye, Eduardo Mora. Allons-nous attendre un incident de brutalité policière ici? Nous ne devons pas attendre que quelqu’un perde la vie.»

Le maire de Norfolk, Josh Moenning, a dit comprendre pourquoi les gens se sont rassemblés. Il les a félicités de l’avoir fait pacifiquement.

Les protestations reflètent une colère qui couve depuis longtemps contre la discrimination implicite, comme lorsque les policiers surveillent de près les minorités, a déclaré Patrick Jones, professeur d’histoire et d’études ethniques à l’Université du Nebraska-Lincoln.

«Nous avons atteint ce point de bascule avec George Floyd, a dit Jones. La frustration a continué de croître à chaque nouvel incident et cette fois, ç’a été l’étincelle. C’est enraciné dans un ensemble plus large d’injustices.»

À Sioux City, en Iowa, cinq officiers ont été blessés lors d’une confrontation avec des manifestants, et plusieurs voitures de police ont été endommagées.

Les policiers ont utilisé du gaz poivré, après que des individus leur ont lancé des pierres.

À Farmington, au Nouveau-Mexique, 250 personnes ont tenu un rassemblement devant un centre commercial.

La ville de 44 000 habitants est à la frontière de la nation Navajo. La manifestation a attiré des membres du American Indian Movement, entre autres militants.

«C’était un plus grand nombre de personnes que prévu, a dit Nicole Brown, responsable de l’information au département de police de Farmington. La plupart des manifestations précédentes étaient petites, peut-être 50 personnes.»

En Georgie, une manifestation organisée par des chefs d’église a attiré une centaine de personnes à l’hôtel de ville de Rome, non loin d’Atlanta.

Les manifestants ont demandé que justice soit faite dans le cas de Floyd et d’Ahmaud Arbery, un Noir de 25 ans pourchassé et tué par balle en Georgie, en février.

«Dans l’ensemble, les manifestations ont été très positives, a déclaré Kristi Kent, porte-parole de la ville de Rome. Nous n’avons vu aucune violence ou aucune négativisme.»