Mort de Marc-André Bédard: François Legault salue «un grand amoureux du Québec»

QUÉBEC — «Grand amoureux du Québec», «le plus grand ministre de la Justice des 50 dernières années», «profondément engagé»: les élus ont rendu hommage à Marc-André Bédard, ancien ministre de la Justice et ami de René Lévesque, mort de la COVID-19 à l’âge de 85 ans mercredi.

Le gouvernement est en discussion avec la famille et les responsables du protocole concernant l’organisation éventuelle de funérailles nationales, un enjeu complexe en raison de la pandémie. 

En conférence de presse mercredi midi, M. Legault a rappelé que, du temps où il était député et ministre du Parti québécois (PQ), il avait bien connu M. Bédard, «un grand amoureux du Québec».

«Probablement le plus grand ministre de la Justice des 50 dernières années, un géant de la politique  québécoise», a a soutenu le chef parlementaire du PQ Pascal Bérubé, en rappelant que c’est grâce à lui que le Québec a été le premier au Canada à interdire la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle.

 «Celui qui a toujours été le plus près de Lévesque a toujours été Marc-André Bédard, dans l’intimité, dans les confidences, comme conseiller.»

François Legault a pris bien soin de souligner que M. Bédard faisait partie comme lui de «l’aile pragmatique» du PQ, enracinée dans les régions. 

M. Legault a omis de rappeler que contrairement à lui, ce compagnon de René Lévesque a été jusqu’à la toute fin un fervent indépendantiste. 

«C’était un nationaliste, je pense qu’il était encore effectivement souverainiste, a-t-il finalement répondu aux questions des représentants des médias. Mais un Québec riche, il n’avait pas honte de parler de ça, et c’était important pour lui. On peut avoir des stratégies différentes pour arriver à un Québec, riche, autonome, fier.»

Pour le premier ministre, le fait que ce «grand homme» soit décédé de la COVID-19 rend le deuil encore «plus choquant».

L’an dernier pratiquement à pareille date, M. Bédard avait pris part au lancement de la campagne du député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, dans la course à la direction du PQ. M. Bédard avait alors dit que M. Gaudreault lui rappelait un peu René Lévesque.

En entrevue avec La Presse Canadienne, M. Gaudreault a dit lui avoir parlé il y a environ un mois.

«Il était très déçu de ma défaite. On a parlé de l’indépendance, qu’il faut absolument qu’on se mobilise.»

Homme «profondément engagé» jusqu’à la toute fin, M. Bédard donnait encore des conseils politiques vendredi dernier, a évoqué M. Gaudreault.  

Sur Twitter,  la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, a salué «son engagement et sa contribution à l’avancement du Québec».

Paul St-Pierre Plamondon, le nouveau chef du PQ, a qualifié Marc-André Bédard de «réel bâtisseur du Québec moderne, un géant québécois».

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a souligné que Marc-André Bédard était un ami intime de  René Lévesque, «donc intime de l’âme même du Québec».

Mercredi matin, le fils de Marc-André Bédard, l’ancien ministre péquiste Stéphane Bédard, avait indiqué sur les réseaux sociaux que son père avait été «hospitalisé à l’Hôpital de Chicoutimi suite à des complications liées à la COVID-19».

Quelques heures plus tard, Stéphane Bédard confirmait le décès de son père.

Laisser un commentaire

MON PERE L AIMAIT BOUCOUP IL ETAIT UN GRAND QUEBECOIS QUE LES QUEBECOIS N OUBLIRONS PAS SYMPATHIE A TOUTE LA FAMILLE

Répondre