Mort d’une femme de 57 ans à Drummondville: son fils de 32 est accusé de meurtre

DRUMMONDVILLE, Qc — Le fils de Suzanne Desjardins, âgée de 57 ans et retrouvée morte à son domicile de Drummondville lundi, a été accusé du meurtre non prémédité de sa mère.

Jean-Luc Ferland, 32 ans, a brièvement comparu mardi au palais de justice de Drummondville pour être accusé d’avoir assassiné sa mère, un geste qui aurait été commis le 26 juillet, soit dimanche, selon l’acte d’accusation.

Or, c’est justement dimanche après-midi que la victime se serait présentée au poste de la Sûreté du Québec à Drummondville pour demander l’aide des policiers afin de forcer son fils, qui vivait avec elle depuis les dernières semaines, à subir une évaluation psychiatrique.

Suzanne Desjardins serait ensuite repartie à son travail après que les policiers eurent indiqué qu’ils ne «pouvaient pas l’aider dans l’immédiat».

Selon toute évidence, Mme Desjardins craignait que son fils pose des gestes irréparables.

Jean-Luc Ferland demeure détenu jusqu’à la suite des procédures. Le procureur de la Couronne au dossier, Me Kevin Mailhiot, a précisé à la sortie de l’audience que «le dossier va revenir le 14 août prochain. Évidemment, étant donnée l’infraction, Monsieur est détenu et restera détenu».

Cette triste affaire fait également l’objet en parallèle d’une enquête du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), puisque la Sûreté du Québec a été impliquée et qu’il y a eu un décès à la suite de cette implication.

Ce n’est que vers 9h30 lundi que les policiers ont été avisés par un proche sans nouvelles qui s’inquiétait pour la quinquagénaire et qui leur a demandé d’aller vérifier son état de santé.

Selon le BEI, «les policiers auraient découvert la femme qui avait demandé assistance la veille, gravement blessée, à l’intérieur de sa résidence». Elle a ensuite été transportée dans un centre hospitalier, où sa mort a été constatée.

Le Bureau des enquêtes indépendantes a pour mission de faire enquête dans tous les cas où une personne, autre qu’un policier en service, décède, subit une blessure grave ou est blessée par une arme à feu utilisée par un policier lors d’une intervention policière ou durant sa détention par un corps de police.

Laisser un commentaire
Les plus populaires