Mort d’une fillette ukrainienne: l’accusé de délit de fuite est libéré sous caution

MONTRÉAL — L’homme accusé d’un délit de fuite ayant causé la mort d’une fillette ukrainienne de 7 ans à Montréal a été libéré sous caution.

Juan Manuel Becerra Garcia a été libéré jeudi sous une série de conditions, notamment de ne pas conduire de véhicule motorisé et de ne pas contacter la famille de la jeune victime, Maria Legenkovska.

Maria est arrivée à Montréal cette année avec sa mère, Galyna Legenkovska, son frère et sa sœur tandis que son père est resté en Ukraine pour lutter contre l’invasion russe.

La fillette a été happée par un véhicule alors qu’elle marchait vers 8 h, mardi matin, sur la rue Parthenais, près de l’intersection de la rue de Rouen, un secteur résidentiel.

Le procureur Alexandre Gautier affirme que les conditions imposées à l’accusé, qui n’a pas d’antécédents judiciaires, sont en phase avec les éléments de preuve de l’affaire.

L’accusé, qui était détenu depuis qu’il s’était rendu mardi, fait face à un chef d’accusation d’avoir omis de s’arrêter à la suite d’un accident ayant causé la mort. Les procédures reprendront en 2023.

Mesures pour sécuriser l’intersection

Deux jours après l’accident, la Ville de Montréal a mis en place de nouvelles mesures afin de sécuriser les rues du secteur où s’est déroulée la tragédie.

Depuis la mort de la fillette, de nombreux résidents du quartier ont dénoncé le non-respect de la signalisation routière près du lieu où est survenue la collision. La situation a empiré, selon eux, depuis le début des travaux majeurs au tunnel Louis-Hyppolite-La Fontaine, qui ont augmenté le volume de circulation dans les rues résidentielles à proximité du pont Jacques-Cartier.

Jeudi, la Ville a annoncé le surdimensionnement des panneaux d’arrêt sur la rue Parthenais, à de l’intersection de la rue De Rouen, ainsi que le rétrécissement de la chaussée sur Parthenais aux approches nord et sud des intersections des rues de Rouen et Larivière.

Avec ces mesures, la Ville espère limiter le flux et la vitesse des véhicules dans ce secteur résidentiel.

«La sécurité des déplacements des piétons, jeunes et moins jeunes, est une priorité de notre administration, qui se traduit par des dizaines d’écoles sécurisées chaque année, des mises à sens unique dans les quartiers résidentiels, l’élargissement et le verdissement des trottoirs, notamment», a assuré la mairesse de Montréal, Valérie Plante, par voie de communiqué.

La présence policière dans le quartier a aussi été rehaussée par le Service de police de la Ville de Montréal.

Du soutien pour la famille

Volodymyr Kouchnir, le prêtre de la cathédrale orthodoxe ukrainienne de Sainte-Sophie, apporte son soutien à la famille depuis la mort de Maria. Selon lui, la mère vit actuellement des hauts et des bas.

«Elle est entourée de ses amis, et de mon côté je reste en contact avec elle pour l’aider sur le plan spirituel. Pour l’encourager aussi», a souligné M. Kouchnir.

«Il faut qu’elle reste forte. Je sais que ce n’est pas facile pour elle présentement, mais elle doit se rappeler qu’elle a deux autres enfants qui ont besoin de leur mère.»

La date des funérailles de la jeune Maria n’a toujours pas été fixée, puisque son père doit d’abord quitter le front en Ukraine et faire le voyage jusqu’à Montréal afin d’être présent à la cérémonie. La mère a déjà indiqué qu’elle veut que sa fille soit enterrée à Montréal, mais rien n’aura lieu avant le début de la semaine prochaine, au plus tôt.

Deux campagnes de sociofinancement ont déjà été mises en ligne. Combinées, elles avaient recueilli plus de 125 000 $ jeudi soir.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.