Moscou dénonce des «gestes hostiles» à Ottawa et convoque l’ambassadrice canadienne

OTTAWA — Le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué lundi l’ambassadrice du Canada à Moscou alors que la GRC enquête sur une attaque présumée contre l’ambassade de Russie à Ottawa.

L’ambassadeur de Russie au Canada, Oleg Stepanov, a déclaré qu’une personne non identifiée s’est précipitée d’un parc voisin vers l’ambassade le 12 septembre peu après minuit et a lancé un cocktail Molotov par-dessus la clôture avant de s’enfuir.

Il a dit que l’engin ne s’était pas enflammé et qu’aucun bien n’avait été endommagé.

Dans une déclaration en russe publiée lundi après-midi, le ministère des Affaires étrangères de la Russie soutient aussi que la police a fermé les yeux sur des «manifestants agressifs» qui bloquaient l’accès du public à la section consulaire de l’ambassade russe.

Moscou soutient que la police a été témoin de cet incident, mais n’est pas intervenue. Les responsables n’ont pas précisé à quel corps policier ils faisaient référence.

La division nationale de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui est chargée de protéger les propriétés diplomatiques étrangères, a déclaré lundi qu’elle avait ouvert une enquête, mais elle n’a pas précisé quand cela s’est produit.

«La GRC est au courant des informations relatives à cet incident et a ouvert une enquête», a écrit la porte-parole Stéphanie Dumoulin.

«Des membres de la GRC se sont rendus à l’ambassade de Russie pour obtenir des informations pertinentes pour l’enquête», a-t-elle ajouté.

Le gouvernement russe affirme que les autorités canadiennes n’en font pas assez pour empêcher ou détenir ceux qui commettent des «gestes hostiles» à l’endroit du personnel diplomatique russe, et que le Canada ne respecte pas la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques.

Le Service de police d’Ottawa a dit ne pas être au courant d’une enquête ou d’agents qui auraient supposément observé, sans intervenir, des manifestants qui bloquaient l’accès à la section consulaire.

Réactions politiques

Le bureau de la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a déclaré suivre le dossier de près.

«La violence et le vandalisme ne sont pas acceptables, et nous savons que les autorités compétentes se penchent sur cette affaire», a écrit le porte-parole Adrien Blanchard.

L’ambassade de Russie à Ottawa a cité un article sur le site d’information d’État Sputnik, dans lequel M. Stepanov affirme que son personnel a besoin de policiers ou d’un agent de sécurité en poste en permanence dans les missions diplomatiques.

Le pays a une ambassade, un consulat et un bureau commercial distincts à Ottawa, tous trois situés près de la rivière Rideau, ainsi qu’un consulat à Toronto et à Montréal.

M. Stepanov a déclaré que ses responsables avaient fourni à la police des séquences vidéo de l’incident du cocktail Molotov. «Nous parlons essentiellement d’une tentative de commettre un acte terroriste», a-t-il déclaré selon l’article de Sputnik.

Moscou a convoqué l’ambassadrice canadienne, Alison LeClaire, une décision destinée à enregistrer officiellement la colère croissante de la Russie contre le Canada.

Le premier ministre Justin Trudeau a soutenu dimanche, à Londres, que les actions de la Russie depuis l’invasion de l’Ukraine «incluent clairement des crimes de guerre», soulignant les informations faisant état de fosses communes.

Le bureau de Mme Joly a fait écho aux propos de M. Trudeau lundi.

«Nous n’épargnerons aucun effort pour tenir (Vladimir) Poutine et ses complices responsables de leurs crimes de guerre», a écrit M. Blanchard.

«Nous continuerons d’imposer des coûts importants au régime russe pour cette invasion injustifiée.»

L’ambassade de Russie se trouve sur la rue Charlotte à Ottawa, où la Ville a installé des panneaux de signalisation «Free-Libre Ukraine».

Un vélo peint en bleu et jaune est resté à l’extérieur de l’ambassade pendant des semaines jusqu’à ce qu’un groupe le peigne en noir le 16 août.

Le groupe a également peint un grand Z sur le trottoir et le lampadaire, qui est un signe indiquant le soutien à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Un passant a publié sur les réseaux sociaux des photos du groupe, qui semblait être arrivé sur les lieux dans une voiture avec des plaques diplomatiques.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.