Moscou dit que Kyiv a lancé une contre-attaque

KYIV, Ukraine — Les autorités moscovites ont affirmé lundi que les forces ukrainiennes déployaient des efforts considérables pour percer les lignes de défense russes dans le sud-est de l’Ukraine, et ce pour une deuxième journée de suite. Les autorités de Kyiv n’ont pas confirmé ces attaques et ont laissé entendre qu’il s’agissait d’une manœuvre de désinformation de la part de la Russie.

Vladimir Rogov, un fonctionnaire installé par Moscou dans la province partiellement occupée de Zaporijjia, dans le sud-est de l’Ukraine, a déclaré que les combats avaient repris tôt lundi, après que les défenses russes eurent repoussé une avancée ukrainienne la veille.

M. Rogov a affirmé que «l’ennemi a lancé une force encore plus importante dans l’attaque qu’hier». La nouvelle tentative de percer la ligne de front était «plus importante et plus organisée», a-t-il déclaré, ajoutant : «Une bataille est en cours.»

Les commentaires de M. Rogov sont intervenus après que Moscou ait également affirmé avoir déjoué d’importantes attaques ukrainiennes dans la région orientale de Donetsk, une autre des quatre régions que le président Vladimir Poutine a revendiquées comme territoire russe à l’automne dernier et qu’il contrôle en partie.

Le ministère russe de la Défense a affirmé avoir repoussé dimanche un assaut de «grande envergure» en cinq points de la province de Donetsk.

Ces affirmations n’ont pas pu être vérifiées de manière indépendante et les responsables ukrainiens n’ont pas confirmé d’assauts, mais les rapports ont alimenté les spéculations selon lesquelles une opération terrestre ukrainienne de grande envergure pourrait être en cours dans le cadre d’une contre-offensive anticipée.

Une vidéo publiée par le ministère ukrainien de la Défense montre des soldats mettant un doigt sur leurs lèvres en signe de silence. «Les plans aiment le silence, peut-on lire à l’écran. Il n’y aura pas d’annonce du début.»

Le Centre de communication stratégique des forces armées ukrainiennes a déclaré sur Telegram que les forces russes «intensifiaient leurs opérations d’information et leurs opérations psychologiques».

«Afin de démoraliser les Ukrainiens et d’induire la communauté en erreur (y compris leur propre population), les propagandistes russes diffuseront de fausses informations sur la contre-offensive, ses orientations et les pertes de l’armée ukrainienne. Même s’il n’y a pas de contre-offensive», peut-on lire dans un communiqué publié sur Telegram.

Les responsables ukrainiens ont laissé la Russie dans l’incertitude quant au moment et à l’endroit où elle pourrait lancer une contre-offensive, ou même si elle avait déjà commencé. Une éventuelle contre-offensive, utilisant des armes de pointe fournies par les alliés occidentaux, pourrait remonter le moral des Ukrainiens, 15 mois après l’invasion totale de la Russie.

Les récentes activités militaires, notamment les attaques de drones contre Moscou, les raids transfrontaliers en Russie, les sabotages et les attaques de drones contre les infrastructures situées derrière les lignes russes, ont inquiété les Russes. Les analystes estiment que ces actions pourraient marquer le début de la contre-offensive.

Chasser les forces du Kremlin est un défi de taille. La Russie a construit de vastes lignes de défense, notamment des tranchées, des champs de mines et des défenses antichars. La ligne de front s’étend sur 1100 kilomètres.

Selon les analystes, l’Ukraine pourrait lancer des poussées simultanées dans différentes zones.

Michael Clark, l’ancien directeur du groupe de réflexion Royal United Services Institute, a déclaré que le «rythme accru» des activités de ces dernières semaines marquait probablement le début de la contre-offensive et que le mois de juin verrait probablement le début de l’opération terrestre de l’Ukraine.

«Il se passe quelque chose», a-t-il déclaré à la BBC.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov, a affirmé que 250 Ukrainiens avaient été tués lors des combats dans la province de Donetsk, et que 16 chars ukrainiens, trois véhicules de combat d’infanterie et 21 véhicules blindés de combat avaient été détruits.

«L’objectif de l’ennemi était de percer nos défenses dans le secteur du front le plus vulnérable à ses yeux, a déclaré M. Konashenkov. L’ennemi n’a pas atteint son objectif. Il n’a pas réussi.»

Le ministère russe de la Défense a déclaré que l’attaque présumée de Donetsk avait commencé dimanche matin. La raison pour laquelle il a attendu le début de la journée de lundi pour l’annoncer n’est pas claire.

L’Ukraine attend souvent la fin de ses opérations militaires pour confirmer ses actions.

Depuis des mois, les responsables ukrainiens évoquent leur intention de lancer une contre-offensive pour récupérer les territoires que la Russie occupe depuis qu’elle a envahi le pays le 24 février 2022, ainsi que la péninsule de Crimée, dont elle s’est emparée en 2014.

Au moins deux facteurs ont joué dans le choix du moment : de meilleures conditions de terrain pour le déplacement des troupes et du matériel après l’hiver, et le déploiement d’armes occidentales plus avancées et la formation des troupes ukrainiennes à l’utilisation de ces armes.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense a dit que l’Ukraine avait utilisé six bataillons mécanisés et deux bataillons de chars lors des attaques de Donetsk. Le ministère a diffusé une vidéo prétendant montrer la destruction d’une partie de l’équipement dans un champ.

Dans une rare mention spécifique de la présence des hauts responsables militaires russes dans les opérations sur le champ de bataille, M. Konashenkov a déclaré que le chef de l’état-major général des forces armées russes, le général Valery Gerasimov, «se trouvait à l’un des postes de commandement avancés».

L’annonce de l’implication directe de M. Gerasimov pourrait être une réponse aux critiques formulées par certains blogueurs militaires russes et par Evgeniy Prigozhin, le chef du groupe mercenaire russe Wagner, selon lesquelles les hauts gradés de l’armée russe n’ont pas été assez visibles sur le front ou n’ont pas pris suffisamment de contrôle ou de responsabilités dans les opérations militaires de leur pays en Ukraine.