Moscou évoque encore une «bombe sale» ukrainienne

KYIV, Ukraine — La Russie a ciblé plus de 40 villages autour de l’Ukraine au cours de la dernière journée, ont déclaré mercredi des responsables ukrainiens, tuant au moins deux personnes et alimentant une terreur qui force les gens à se réfugier dans des abris anti-aériens chaque nuit.

Les forces russes ont lancé cinq roquettes, 30 frappes aériennes et plus de 100 attaques à lance-roquettes multiples sur des cibles ukrainiennes, a énuméré l’état-major des forces armées ukrainiennes.

Les attaques surviennent alors que les craintes grandissent que la Russie, confrontée à des revers sur le champ de bataille, puisse tenter de faire sauter un engin qui utilise des explosifs pour disperser des déchets radioactifs dans le but de semer la terreur.

Le ministre russe de la Défense a appelé ses homologues indien et chinois pour faire part de l’inquiétude de Moscou concernant un prétendu plan ukrainien d’utiliser une telle «bombe sale», répétant une allégation que l’Ukraine et l’Occident ont fermement réfutée.

Le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, a exprimé l’inquiétude de Moscou concernant «d’éventuelles provocations ukrainiennes impliquant une « bombe sale »» lors des appels avec son homologue indien, Rajnath Singh, et chinois Wei Fenghe, selon le ministère russe de la Défense.

Les conversations ont suivi les appels de M. Shoigu avec ses homologues britanniques, français, turcs et américains dimanche dans lesquels il a fait la même affirmation. Le Royaume-Uni, la France et les États-Unis ont rejeté cette affirmation comme «manifestement fausse».

Malgré le rejet occidental des revendications russes, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a insisté sur le fait que «nous avons des informations selon lesquelles il y a une préparation en cours en Ukraine pour une telle attaque terroriste».

«Nous continuerons d’informer énergiquement la communauté mondiale de ce que nous savons pour la persuader de prendre des mesures pour empêcher une telle action irresponsable du régime de Kyiv», a déclaré M. Peskov aux journalistes.

Un responsable ukrainien a rapporté mercredi qu’une frappe russe avait touché une station-service de la ville de Dnipro, tuant deux personnes, dont une femme enceinte. Le gouverneur de la région de Dnipropetrovsk, Valentyn Reznichenko, a indiqué que quatre personnes blessées avaient été hospitalisées.

Mykolaïv, une ville portuaire du sud près de la ligne de front de la guerre, fait partie des endroits où les habitants font la queue pour recevoir des rations de pain et de conserves alors que l’augmentation des prix des denrées alimentaires et les pertes de revenus s’ajoutent au fardeau des ménages à faible revenu en temps de guerre.

Plusieurs bâtiments et quartiers ont été touchés à Mykolaïv mardi, mais on ne sait toujours pas s’il y a eu des victimes, selon les autorités locales.

Les missiles ont continué à pleuvoir tôt mercredi matin.

Le seul point de distribution de nourriture à Mykolaïv permet à chaque personne de recevoir du pain gratuit une fois tous les trois jours. Plusieurs doivent parcourir de longues distances à pied pour récupérer les denrées alimentaires essentielles pour leur famille.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.