Quatre régions séparatistes ukrainiennes voteront pour rejoindre la Russie

KYIV, Ukraine — Les dirigeants séparatistes de quatre régions ukrainiennes contrôlées par la Russie ont déclaré mardi qu’ils prévoyaient d’organiser des votes à partir de la fin de la semaine pour que les territoires fassent partie de la Russie alors que Moscou perd du terrain dans la guerre qu’elle a déclenchée.

Les quatre régions sont Donetsk, Kherson, Luhansk et Zaporijjia. L’annonce des référendums à partir de vendredi est intervenue après qu’un proche allié du président russe Vladimir Poutine a déclaré qu’ils étaient nécessaires.

L’ancien président russe Dmitri Medvedev a également déclaré que l’intégration de Louhansk et de Donetsk dans l’est de l’Ukraine à la Russie elle-même rendrait leurs frontières redessinées «irréversibles» et permettrait à Moscou d’utiliser «tous les moyens» pour les défendre.

De tels votes iraient presque certainement dans le sens de Moscou, mais ne seraient pas reconnus par les gouvernements occidentaux. Les votes pourraient préparer le terrain pour que Moscou intensifie le conflit alors que les forces ukrainiennes se battent avec un succès croissant pour reprendre du territoire.

Denis Pushilin, le chef de la région de Donetsk, a déclaré que «le peuple du Donbass qui souffre depuis longtemps a gagné le droit de faire partie du grand pays qu’il a toujours considéré comme sa patrie». Il a ajouté que le vote contribuera à «rétablir la justice historique que des millions de Russes attendaient».

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a indiqué mardi qu’il n’y avait aucune perspective de règlement diplomatique. M. Medvedev, le chef adjoint du Conseil de sécurité russe présidé par M. Poutine, a déclaré sur sa chaîne de messagerie que les votes dans les régions séparatistes sont importants pour protéger leurs habitants et «rétablir la justice historique» et qu’ils «changeraient complètement» la trajectoire future de la Russie.

«Après l’intégration des nouveaux territoires dans le giron de la Russie, une transformation géopolitique du monde deviendra irréversible», a estimé M. Medvedev, qui a également été président de la Russie de 2008 à 2012.

«Un empiètement sur le territoire de la Russie est un crime qui justifierait tout moyen de légitime défense», a-t-il prévenu, ajoutant que la Russie consacrerait les nouveaux territoires dans sa constitution afin qu’aucun futur dirigeant russe ne puisse les rendre.

«C’est pourquoi ils craignent tant ces référendums à Kyiv et en Occident, a déclaré M. Medvedev. C’est pourquoi ils doivent être tenus.»

La reconquête de vastes zones du territoire précédemment occupé par la Russie, notamment dans la région du nord-est de Kharkiv, a renforcé les arguments de l’Ukraine selon lesquels ses troupes pourraient infliger des défaites plus cuisantes à la Russie avec des livraisons d’armement supplémentaires.

D’autres armes lourdes sont en route, la Slovénie promettant cette semaine 28 chars et l’Allemagne quatre obusiers automoteurs de plus. Une aide supplémentaire est également attendue de la part du Royaume-Uni, déjà l’un des plus grands fournisseurs militaires de l’Ukraine après les États-Unis. La première ministre britannique Liz Truss devrait promettre qu’en 2023, son gouvernement «égalera ou dépassera» les 2,3 milliards de livres (2,7 milliards $ US) d’aide militaire accordée à l’Ukraine cette année.

La rapidité de la contre-offensive ukrainienne a également vu les forces russes abandonner des véhicules blindés et d’autres armes alors qu’elles battaient en retraite hâtivement. Les forces ukrainiennes recyclent les armes capturées dans la bataille. Un groupe de réflexion basé à Washington, l’Institut pour l’étude de la guerre, a indiqué mardi que des chars russes T-72 abandonnés sont utilisés par les forces ukrainiennes qui cherchent à avancer dans Louhansk, occupée par la Russie.

Dans le sillage de la contre-offensive, les responsables ukrainiens ont trouvé des centaines de tombes près de la ville d’Izium autrefois occupée. Yevhenii Yenin, le vice-ministre ukrainien des Affaires intérieures, a déclaré lors d’une émission télévisée nationale que des responsables avaient trouvé de nombreux corps «portant des signes de mort violente».

«Ce sont des côtes cassées et des têtes cassées, des hommes aux mains liées, aux mâchoires cassées et aux organes génitaux coupés», a-t-il détaillé.

Des responsables ukrainiens ont également allégué que les forces russes avaient torturé des personnes dans les zones occupées, notamment en les électrocutant avec des radiotéléphones datant de l’ère soviétique. La Russie a nié à plusieurs reprises avoir abusé ou tué des prisonniers, bien que des responsables ukrainiens aient trouvé des fosses communes autour de la ville de Boucha après avoir émoussé une offensive russe visant la capitale, Kyiv, au début de la guerre.

Pendant ce temps, une poussée ukrainienne se poursuit dans le sud du pays. Le commandement militaire du sud de l’Ukraine a déclaré mardi matin que ses troupes avaient coulé une barge russe transportant des troupes et des armes sur le fleuve Dnipro près de la ville occupée par la Russie de Nova Kakhovka. Il n’a fourni aucun autre détail sur le naufrage de la barge dans la région de Kherson occupée par la Russie, qui a été une cible majeure de la contre-offensive ukrainienne.

Dans d’autres développements :

– Moscou a probablement déplacé ses sous-marins de la classe Kilo de leur station de la péninsule de Crimée vers le sud de la Russie, craignant qu’ils ne soient touchés par des tirs ukrainiens à longue portée, a annoncé mardi l’armée britannique. Dans un briefing quotidien du renseignement, le ministère britannique de la Défense a déclaré que ces sous-marins avaient «presque certainement» été déplacés vers Krasnodar Krai en Russie continentale, au lieu d’une base navale à Sébastopol sur la péninsule de Crimée.

– Les restaurants McDonald’s de Kyiv devaient rouvrir mardi pour la première fois depuis l’invasion de la Russie en février. Trois restaurants prévoyaient n’offrir qu’un service de livraison qu’au début, marquant une sorte de retour vers la vie que les Ukrainiens connaissaient avant la guerre, qui entrera dans son septième mois plus tard cette semaine.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.