MTL: manifestation contre les abattoirs et le traitement infligé aux animaux

MONTRÉAL — Des défenseurs des droits des animaux se mobilisent pour dénoncer le traitement qui leur est réservé dans les abattoirs canadiens.

Une marche se déroulera samedi après-midi à Montréal, du Carré Saint-Louis jusqu’au Parc Lafontaine.

Les manifestants se disent indignés par la souffrance infligée aux animaux. Le porte-parole de la marche, le professeur Étienne Harnad, spécialiste en science cognitive à l’Université du Québec à Montréal, estime que cette souffrance est immorale.

Selon lui, les Canadiens ne sont pas conscients de l’agonie que les animaux subissent dans les abattoirs, ni du fait qu’ils appuient cette agonie par leurs pratiques de consommation.

M. Harnad affirme que les humains n’ont pas besoin de viande pour survivre, et qu’ils pourraient à tout le moins diminuer leur consommation graduellement.

Il souligne que chaque année dans le monde, ce sont 60 milliards d’animaux terrestres et plus de 1000 milliards de poissons qui sont tués sans nécessité.

Une trentaine de marches similaires ont lieu samedi, dans d’autres villes du Canada, en Europe, en Australie, en Argentine, au Japon, en Turquie et aux États-Unis.

Les commentaires sont fermés.

Merci pour cet article. Je voudrais plus de détails sur cet événement. Les gens disent qu’il y avait environ 500 + personnes dans la rue avec de la musique, des contributions en plusieurs langues, des contributions artistiques etc. Le problème de la violence des abattoirs semble être un sujet de préoccupation majeur pour notre société. Merci encore

Près de 600 personnes ont défilé dans les rues de Montréal, demandant en chœur un peu plus de compassion pour tous les êtres vivants. Cette Marche était colorée, musicale et énergique. Ces militants étaient la preuve vivante que notre relation aux autres est en voie de changer. Quel extraordinaire événement!

Étant donné que les protéines se trouvent dans une multitude de sources (quinoa noix légumineuses tempeh végé-viandes et j’en passe), et qu’elles ne sont censées représenter que 15% de notre alimentation, c’est impossible d’en manquer. Il en va de même pour tous les nutriments (calcium, etc) : ils sont dans plusieurs sources végétales. Si on a devant nous 2 assiettes avec le même nombre de nutriments, pourquoi choisirions-nous celle issue de souffrance et de mort des animaux?

Pour ce qui est du gout… en 2018 plusieurs vege-viandes existent sur le marché et on peut même la faire soi-même. Avec les épices et sauces, Les mêmes épices et sauces qu’on mettait sur la viande, ça goûte exactement la même chose. Et que dire des sushis véganes de sushi momo… des sushis avec des descriptions telles que « émulsion au basilic parfumée au yuzu » Et autres… on salive rien qu’à lire le menu! Donc on ne perd aucun « goût » en devenant végane.

La fermeture des abattoirs est inscrite dans la marche de l’Histoire, comme auraient pu le dire, en d’autres temps et bien avant leur advenue, celles et ceux qui luttaient pour l’abolition de l’esclavage ou le droit de vote des femmes. Cela prendra peut-être 30 ans car les obstacles sont très nombreux. Mais d’ores et déjà, les passants qui ont vu défiler notre cortège en cette belle journée du 16 juin 2018 auront pu se convaincre que l’absence de consommation de protéines animales ne rend pas maladif. Nous comptons même des athlètes dans nos rangs, preuves vivantes que l’épouvantable massacre quotidien d’innombrables êtres sensibles n’est plus rien d’autre qu’un scandale auquel toute personne sensée doit maintenant contribuer à mettre un terme. CS***

C’était une marche colorée!
Y a-t-il une raison pour laquelle on amène des enfants, à la source, cueillir des fruits mais qu’on ne les amène pas voir les animaux à l’abattoir?

Compassion pour tous les êtres sensibles !
Des centaines d’activistes petit.es et grand.es unies pour la fin de l’exploitation animale, des discours en 7 langues (!), des slams, des affiches personnalisées, des performances musicales dont des percussions et l’enregistrement du vidéoclip Anthem For Animals de Gaiaisi en collaboration avec Azucena Azul… bref c’était la 5e édition de la Marche pour la fermeture des abattoirs à Montréal et il est plus que temps que les médias s’y intéressent.

Superbe marche, les discours, les affiches, bref toute l’organisation était géniale! Cela a permis d’afficher la cause antispéciste à plusieurs. Pour ceux qui sont interessés à en savoir plus, l’article de la presse est beaucoup plus complet.

Ce qui est dénoncé lors de ces marches est l’existence même des abattoirs.
L’élevage est, à l’époque historique de connaissances où nous vivons, nous seulement inutiles et moralement injustifiable mais porteur de conséquences indéniables comme la forte contribution à la production de gaz à effet de serre et une consommation immense d’eau

Il est largement temps que nous cessions de détruire massivement dans le seul objectif d’un plaisir gustatif éphémère.

Bravo aux manifesant-es! Il est grand temps que nos sociétés changent leur façon de voir et interagir avec nos soeurs et frères animaux.

Pour les militants de la région de Montréal, la marche d’hier a été un événement significatif et inspirant. Le professeur Harnad a parfaitement raison, en fait c’est grâce à lui que je suis devenu un activiste végétalien pour les droits des animaux, rejoignant une communauté croissante dans le monde entier de gens qui reconnaissent que les animaux méritent des droits. La Déclaration de Cambridge sur la Conscience de 2012 a articulé ce que la plupart des gens savent dans leur cœur pour être vrai: les animaux sont sensibles. Au XXIe siècle, nous n’avons plus besoin d’utiliser leurs corps comme ressources, pour l’un de nos besoins; les consommer comme nourriture est préjudiciable à notre santé et l’industrie de l’agriculture animale détruit notre environnement. Nous sommes à l’aube d’un tournant historique, et ceux qui ont assisté à la marche d’hier sont à l’avant-garde. Merci à tous ceux qui ont participé

Wow ! 600 personnes dans la rue pour demander la fermeture des abattoirs ! Les mentalités changent et pour le mieux et nous n’arrêterons jamais de nous battre pour les droits de toutes les espèces. Aucune espèce n’est supérieure à une autre et toute personne animale ou humaine devrait pouvoir vivre une vie paisible libre de discrimination, d’exploitation et de souffrance. Bravo à l’organisation pour ce merveilleux événement et à toutes les participantes et participants ! Vous étiez magnifiques !

Julie, une petite précision qui va renforcer notre message contre des critiques triviales:

1. Il ne peut pas s’agir de toutes les espèces biologiques car les plantes sont des espèces aussi, et même les herbivores (comme les véganes) ne peuvent pas survivre sans consommer les plantes.

2. Heureusement les plantes ne sont pas des espèces sensibles: Elle ne ressentent pas la douleur ou la peur. Elle ne ressentent rien. Elles n’ont pas de système nerveux.

3. Mais même si les plantes ressentaient, nous n’aurions pas d’autres choix que de les consommer (jusqu’à ce qu’on n’invente une méthode de créer la nourriture synthétique).

4. Donc le principe ne peut pas être que nous ne devons pas faire mal aux espèces vivantes.

5. Le principe n’est même pas que nous ne devons pas faire mal aux espèces sensibles, car il peut y avoir des conflits d’intérêts vitaux (de survie ou de mort) entre les membres de différentes espèces, comme entre la proie et le prédateur (chez les carnivores).

6. Nous ne sommes pas carnivores, mais il peut y avoir un conflit d’intérêt vital avec les membres d’une autres espèce — comme lorsque nous sommes attaqués par un carnivore, ou par une armée d”abeilles ou de fourmis.

7. Oui, il y a souvent des résolutions bénignes — ou moins violentes — dans nos conflits d’intérêts vitaux avec les membres d’autres espèces, mais on ne peut pas prétendre que ces conflits n’existent pas, ni que la résolution doit être que les véganes sacrifient leurs vies dans les tels conflits d’intérêt.

8. C’est pour ça que le seul principe incontestable du véganisme est que nous ne devons pas faire mal aux autres espèces hors nécessité vitale (de survie ou de mort).

(Mais avant que le producteur de porc ne réponde « mais ma famille mourra de faim si je ne fais pas l’élevage et l’abattage » la réponse est qu’on ne peut pas faire n’importe quoi pour gagner son pain: on ne peut pas asservir, torturer, violer, ni tuer les êtres humains; c’est grand temps que ça s’applique aux êtres sensibles non humains aussi.)

Des gens qui remettent en question cette société de consommation qui ne se soucie pas de la vie, de la planète, etc. Bravo à ces gens qui travaillent pour éveiller les consciences, vous me donnez foi en l’humain. Les industries de la viande et des produits laitiers nous ont créé des besoins pour que l’on consomme sans réfléchir et aujourd’hui, des gens renseignés nous dévoilent la vérité, la vraie réalité. Toute notre société est basée sur ces industries et il est temps que ces mensonges soient dévoilés et dénoncés. Nous n’avons aucunement besoin de consommer les animaux pour très très bien manger, pour être en pleine santé et pour bien vivre. Je ne consomme aucun animal et je suis en pleine santé. Vous avez besoin de conseils, de guides, de recettes? Le net est une grande richesse d’informations et vous allez découvrir le vrai plaisir de bien manger sainement: regardez ici: https://vegan-pratique.fr/ Bravo pour cette organisation !

Je suis bien d’accord avec le professeur Harnad ; il est immoral de faire souffrir des animaux alors que ce n’est pas nécessaire à notre survie, au contraire. Une diète sans viande est plus saine et nous évite d’encrasser nos artères.

Bravo! Amour, paix et compassion. Nous y parviendrons. Devenir végane il y a 3 ans a été, sans aucun doute, ma décision la plus importante. Je serai toujours reconnaissante envers ceux qui m’y ont fait ouvrir les yeux.

Je tiens à ma planète et tout ses êtres. Donc j’agis de la sorte.

Merci à tous ceux qui ont participé.

Je suis étonné que vous rapportiez cette marche comme en étant simplement une contre le traitement réservé aux animaux dans les abattoirs. Des messages indiquaient pourtant clairement et en grand nombre l’opposition à toute exploitation d’animaux, peu importe les traitements. Le nom de la marche peut être trompeur je le reconnais. Le véganisme concerne la lutte de justice sociale pour les animaux non humains et s’oppose à toute exploitation et domination. Il ne concerne pas les conditions d’asservissements ni ne prône de  »meilleures » mises à mort.

C’étais une marche magnifique! Près de 600 personnes! Very inspiring to see everyone come together!

Merci pour cette article! Nous avons pas besoin de consommer la viande. Il y a pleins d’autres choses à manger. Aussi, on a besoin de plus de monde à la marche l’année prochaine et à celui d’Ottawa qui s’en vient. Samedi le 23 juin, 2018 je m’en vas encourager les activistes à Ottawa pour leur marche Fermer Tout Les Abattoirs! Il faut jamais perdre l’espoir. Un jour, on va réussir à fermer tout les abattoirs!