N-B: des agents corectionnels blanchis relativement à la mort d’un détenu

MONCTON, N.-B. — Un juge a rejeté les accusations portées contre deux agents correctionnels à la suite du décès d’un détenu qui avait été aspergé de gaz poivré dans le Pénitencier de Dorchester, au Nouveau-Brunswick.

Les agents Alvida Ross et Mathieu Bourgoin faisaient face à des accusations d’homicide involontaire et de négligence criminelle relativement au décès de Matthew Hines, survenu en 205.

Le juge de la cour provinciale Ronald LeBlanc a toutefois décidé vendredi que les deux hommes ne subiraient pas de procès après l’audience préliminaire.

L’avocat de M. Ross, Michel DesNeiges, a indiqué que le juge avait déterminé que l’utilisation de gaz poivré par les agents était raisonnable.

La famille de M. Hines a affirmé qu’elle était «très inquiète» du jugement et a remis en question l’affirmation du syndicat des agents, selon laquelle cette décision innocentait complètement les deux accusés.

Des erreurs de droit peuvent toujours être révisées par un plus haut tribunal, a-t-elle soutenu dans un communiqué.

Le détenu de 33 ans purgeait une peine de prison de cinq ans, pour avoir notamment commis un vol, lorsqu’il est mort le 26 mai 2015.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) avait d’abord affirmé que la mort n’était liée à aucun acte suspect, mais l’enquêteur correctionnel du Canada, Ivan Zinger, avait conclu que le personnel pénitentiaire avait utilisé une force inutile et n’avait pas réagi correctement en cas d’urgence médicale. Le 3 janvier 2018, les deux hommes originaires de Dieppe avaient été accusés.

Les plus populaires