N.-B.: des milliers de dollars détournés du bureau du lieutenant-gouverneur

FREDERICTON — Un haut fonctionnaire qui contrôlait les finances du bureau du lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick est accusé d’avoir détourné des centaines de milliers de dollars de fonds publics de 2012 à 2019.

Selon des documents judiciaires, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) soupçonne Tim Richardson d’avoir transféré 719 620 $ du budget du bureau vers son compte bancaire personnel. M. Richardson est maintenant décédé et la GRC n’a pas porté d’accusations dans cette affaire jusqu’à maintenant.

Les allégations de fraude sont contenues dans une déclaration sous serment datée du 17 août et déposée à la Cour du Banc de la Reine par un enquêteur de la GRC sur les crimes commerciaux qui cherche à empêcher la vente de la maison de M. Richardson à Fredericton.

Les documents judiciaires indiquent que les vérificateurs du gouvernement ont été informés par l’ancienne lieutenante-gouverneure Jocelyne Roy Vienneau — décédée en août 2019 — que celle-ci n’avait pas eu de discussions à ce sujet avec M. Richardson.

Une porte-parole de la GRC a confirmé mardi que le contrôleur du Nouveau-Brunswick enquêtait sur les irrégularités financières au bureau du lieutenant-gouverneur et qu’aucune accusation n’avait été portée dans ce dossier. L’enquête policière a commencé en août à la suite d’un examen effectué en 2019 par le contrôleur du Nouveau-Brunswick.

Judy Wagner, secrétaire privée de l’actuelle lieutenante-gouverneure Brenda Murphy, a déclaré mardi par courriel que depuis l’examen de 2019, son bureau avait travaillé avec le contrôleur pour instituer plusieurs mesures visant à améliorer le contrôle des dépenses.

«Les comptes bancaires ont été séparés selon les exigences fédérales, deux signatures sont requises pour toutes les transactions financières et des pratiques comptables détaillées sont suivies», a-t-elle indiqué. «Il y a une grande transparence au bureau en ce qui concerne les questions financières et il y a des limites et des contrôles stricts sur toutes les transactions en espèces.»

L’enquêteur de la GRC cité dans la déclaration sous serment allègue que M. Richardson a fait des demandes de subventions pour des employés inexistants au bureau de Mme Roy Vienneau.

Il aurait demandé de l’argent au gouvernement provincial pour trois postes différents, mais depuis 2010, une seule personne a été inscrite comme employé à temps plein rémunéré par la province au bureau de la lieutenante-gouverneure, en plus de certains guides touristiques à temps partiel.

Un juricomptable participant à l’enquête de la GRC a calculé que la valeur de la demande de subvention de 2012 à 2019 dépassait de 383 311 $ le total du salaire de l’employé à temps plein et de celui de tous les guides touristiques.

«Le bureau du contrôleur du Nouveau-Brunswick a constaté une absence de contrôles financiers dans tous les domaines de son examen», selon la déclaration du 17 août. «Timothy Richardson était le seul à avoir l’accès et le pouvoir de signer pour le bureau des comptes bancaires du lieutenant-gouverneur.» Il était la seule personne à détenir la carte bancaire du bureau et à avoir accès aux comptes en ligne, indique-t-on.

Tim Richardson aurait transféré de l’argent provenant du ministère fédéral du Patrimoine, du ministère provincial des Transports et de l’Infrastructure, de la Résidence du gouverneur et de dons publics dans son compte bancaire personnel.

L’ancien fonctionnaire aurait eu plusieurs relevés de carte de crédit et factures en souffrance, ainsi qu’un avis d’une agence de recouvrement «indiquant une pression financière». M. Richardson est aussi accusé d’avoir transféré 360 000 $ à une personne dont l’identité est caviardée dans les documents.

La déclaration sous serment indique que M. Richardson est décédé, mais ne donne aucun détail à ce sujet.

Laisser un commentaire
Les plus populaires