N.-B.: Higgs espère faire valider sa taxe carbone industrielle en début d’année

OTTAWA — Le premier ministre du Nouveau-Brunswick attend une réponse du gouvernement fédéral au début de la nouvelle année quant à son régime de tarification du carbone émis par l’industrie lourde.

Blaine Higgs était de passage à Ottawa lundi pour s’entretenir avec Justin Trudeau, qui enchaîne les rencontres avec ses homologues provinciaux et territoriaux depuis sa réélection en octobre.

M. Higgs a qualifié leur réunion de «très cordiale» et productive, dans la foulée de la validation par le gouvernement fédéral, la semaine dernière, de la taxe carbone imposée aux consommateurs néo-brunswickois.

Les libéraux n’ont toutefois pas encore donné leur feu vert au plan tarifaire de la province pour réglementer les émissions industrielles.

Blaine Higgs soutient que son plan répond aux exigences fédérales et que, selon ce qu’il a compris de sa conversation avec M. Trudeau, les libéraux veulent eux aussi faire avancer le dossier.

«Mettre ça derrière nous est important pour que l’on puisse passer à d’autres enjeux», a-t-il fait valoir, en évoquant ce qu’il décrit comme une crise de l’industrie du bois d’oeuvre imputable aux tarifs américains.

Parmi les autres sujets abordés durant leur tête-à-tête figurent l’immigration et les soins de santé, de même que la fermeture imminente d’une clinique privée d’avortement à Fredericton, faute de soutien provincial.

À l’heure actuelle, le gouvernement néo-brunswickois finance seulement les avortements réalisés en milieu hospitalier. En mêlée de presse lundi, M. Higgs a avancé que les interventions chirurgicales sont de plus en plus délaissées au profit de la pilule abortive.

«Nous nous assurerons de répondre à ce que le premier ministre recherche en matière d’accessibilité pour nos patients», a-t-il ajouté, sans toutefois fournir plus de détails.