N-B: la fermeture de la frontière nuit à la contrebande de cigarettes

HALIFAX — Une association représentant les dépanneurs canadiens affirme que la fermeture de la frontière entre le Québec et le Nouveau-Brunswick a peut-être contribué à nuire au commerce illégal du tabac dans le Canada atlantique.

Selon une étude d’Ernst & Young menée pour le Conseil canadien de l’industrie des dépanneurs, la bulle atlantique érigée pour limiter la propagation de la COVID-19 pourrait expliquer pourquoi les ventes légales de cigarettes ont bondi dans la région.

Alors que la vente légale de cigarettes a augmenté de plus de 20 % à travers le Canada au cours de la période étudiée, la plus forte augmentation a été observée dans les provinces de l’Atlantique, selon l’étude.

En comparant les chiffres de juin 2020 à ceux de juin 2019, l’Île-du-Prince-Édouard a enregistré une augmentation de 47 % des ventes légales de cigarettes, tandis que le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador ont tous deux enregistré des augmentations de plus de 44 %.

L’étude publiée lundi a révélé que les ventes légales en Nouvelle-Écosse étaient 21 % plus élevées en juin qu’un an plus tôt.

Le rapport indique qu’avant la pandémie de COVID-19, on en savait peu sur l’étendue du marché illégal de la cigarette dans les provinces de l’Atlantique.

Les restrictions de voyage dans l’Atlantique ont peut-être empêché ou dissuadé les transporteurs de faire des voyages dans la région pour approvisionner les réseaux de vente souterrains, selon l’étude.

Étant donné que les taxes sur le tabac sont beaucoup moins élevées au Québec, les trafiquants utilisent le Nouveau-Brunswick comme porte d’entrée pour le commerce illégal de cigarettes dans les provinces de l’Atlantique, ce qui permet à la contrebande de se propager en Nouvelle-Écosse et à l’Île-du-Prince-Édouard, a expliqué Anne Kothawala, présidente et chef de la direction du Conseil canadien de l’industrie des dépanneurs.

Elle a déclaré que son organisation avait décidé de commander cette étude puisque certains de ses membres avaient signalé une augmentation des ventes légales.

Elle soupçonne que les effets de la fermeture de la frontière entre le Nouveau-Brunswick et le Québec perdureront jusqu’à la fin de l’année et que les détaillants continueront de voir des taux d’achat de cigarettes légales plus élevés dans la région.

Laisser un commentaire