N-B: le président de l’Assemblée législative se défendra contre les allégations

FREDERICTON — Le président de l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick combattra «bec et ongles» les allégations de harcèlement qui le visent, a affirmé son avocat, lundi.

Chris Collins est dévasté par ces allégations et croit qu’il pourrait s’agir d’une combine politique pour l’empêcher d’être de nouveau candidat dans sa circonscription de Moncton en septembre, selon son avocat, T.J. Burke.

M. Collins n’a obtenu aucune information sur la nature des allégations jusqu’à maintenant, a indiqué Me Burke. Il ne sait pas qui a fait ces déclarations ni à quel moment les faits allégués se seraient produits.

Le président de l’Assemblée législative a volontairement cédé ses responsabilités au vice-président de la législature lundi matin.

Les progressistes-conservateurs de la province estiment qu’une enquête publique complète serait la meilleure façon de se pencher sur les allégations de harcèlement.

Le premier ministre Brian Gallant a annoncé la semaine dernière la suspension de M. Collins après qu’un ancien employé de l’Assemblée législative eut porté des allégations de harcèlement à son endroit. On ne sait pas si l’employé est un homme ou une femme.

M. Gallant avait ensuite suggéré l’ouverture d’une enquête indépendante menée par une tierce partie.