N-B: les allégations contre le président de l’assemblée sont en partie fondées

FREDERICTON — Un comité parlementaire du Nouveau-Brunswick a conclu que les allégations de harcèlement contre le président de l’Assemblée législative, Chris Collins, étaient fondées, mais seulement en partie.

Le comité administratif s’est réuni pendant deux heures, lundi, avant que le vice-président de l’assemblée Bernard LeBlanc ne se présente devant les médias pour lire un communiqué affirmant que les membres avaient reçu le résumé d’une enquête indépendante effectuée par un tiers.

L’enquêteuse Leslie Macleod a conclu que la plainte de harcèlement soumise contre M. Collins en avril était «fondée en partie» et qu’il y avait eu violation de la politique de la province sur le harcèlement en milieu de travail.

M. LeBlanc a dit que les membres du comité ne commenteraient pas les résultats. Il a refusé de répondre aux questions des journalistes.

Le premier ministre Brian Gallant a ensuite transmis un communiqué, dans lequel il a déclaré qu’il s’attendait à ce que les «autorités appropriées au sein de la branche législative» remédient à la situation.

Chris Collins avait été suspendu du caucus libéral après que les allégations imprécises eurent fait surface. Le député de Moncton-Centre avait annoncé qu’il siégerait comme indépendant et qu’il irait devant les tribunaux pour une action contre le gouvernement provincial.

Les plus populaires