Les frais d’ambulance au coeur de la journée de campagne en Nouvelle-Écosse

HALIFAX — Le chef progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, a entamé la troisième journée de la course électorale sur le thème central de sa campagne : les présumées lacunes des services de santé.

M. Houston est apparu lors d’une conférence de presse, lundi, aux côtés de Michael Nickerson du syndicat des ambulanciers paramédicaux, et a déclaré qu’il est souvent plus rapide de commander une pizza dans la province que de recevoir des services d’ambulance.

M. Nickerson, de l’Union internationale des opérateurs-ingénieurs, a déclaré qu’au cours des 24 dernières heures, 12 rapports ont fait état de deux ambulances ou moins disponibles dans différents comtés de la province.

Il a remercié M. Houston de l’avoir invité, mais a déclaré que sa présence à la conférence de presse ne signifiait pas que son syndicat approuvait officiellement les politiques des conservateurs.

Le chef de l’opposition officielle a déclaré que s’il remporte le pouvoir, son gouvernement ajoutera 127 millions $ au budget de la santé et que l’amélioration des soins primaires contribuera à alléger la pression sur les services ambulanciers.

M. Houston a dit lundi qu’un gouvernement conservateur envisagerait d’augmenter le budget des services d’urgence une fois que son parti aura vu des données sur les volumes d’appels et le personnel.

Le NPD a également concentré son annonce de lundi sur les soins de santé, soulignant qu’il mettrait fin aux frais d’utilisation des ambulances.

Le chef du parti, Gary Burrill, a rencontré Danica Pettipas, qui s’est offusquée d’avoir reçu quatre factures d’ambulances pour des déplacements entre l’infirmerie de Halifax, l’unité COVID-19 et un hôpital de convalescence pendant qu’elle était malade de la COVID-19. Elle a indiqué que deux factures pour des frais d’ambulance liés à la COVID-19 avaient été annulées, mais que deux autres ne pouvaient pas être supprimées.

M. Burrill a déclaré qu’un gouvernement néo-démocrate éliminerait définitivement les frais d’ambulance pour tous les Néo-Écossais, distinguant son parti des progressistes-conservateurs sur cette question. M. Houston a déclaré qu’il n’était pas d’accord avec la suppression des frais, car cela pourrait amener les gens à utiliser des ambulances simplement pour éviter le stationnement coûteux des hôpitaux.

Pendant ce temps, le chef libéral Iain Rankin s’est attardé à des questions économiques lundi, annonçant qu’un gouvernement libéral réélu investirait 45 millions $ sur cinq ans pour renouveler un programme qui encourage les entreprises à investir dans les technologies propres.

Il a fait l’annonce lors d’une visite des installations de Den Haan Greenhouses à Lawrencetown, où l’entreprise a utilisé un programme similaire pour acheter un éclairage LED écoénergétique pour les cultures.

En mars, le gouvernement libéral a publié un rapport sur le système ambulancier de la province par l’entreprise américaine Fitch and Associates. L’étude, soumise en 2019, a révélé que les ambulances passent trop de temps à des activités non productives et non urgentes. Le ministre de la Santé, Zach Churchill, a déclaré à l’époque que de nombreuses recommandations étaient en cours de mise en œuvre, ajoutant que les données du rapport ne suggèrent pas une augmentation générale des temps d’attente dans toute la province, bien que des défis subsistent.

Lorsque la législature a été dissoute et que les élections ont été déclenchées samedi, les libéraux détenaient 24 des 51 sièges, suivis des progressistes-conservateurs avec 17. Les néo-démocrates avaient cinq sièges, et il y avait trois indépendants et deux sièges vacants.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.