N.-É.: l’épouse du tueur craignait qu’il la pourchassait au début du massacre

HALIFAX — L’épouse de l’homme armé qui a tué 22 personnes en Nouvelle-Écosse a déclaré à la police qu’elle ressentait de la culpabilité et qu’elle se demandait si d’autres étaient morts parce qu’elle s’était enfuie de son partenaire lorsque le massacre a commencé en avril dernier.

Lisa Banfield a affirmé aux policiers qu’elle se demandait si Gabriel Wortman s’était rendu dans des endroits où elle aurait pu se rendre pour obtenir de l’aide, puis avait tué des gens sur son chemin.

L’information est contenue dans une déclaration qu’elle a fournie au sergent d’état-major de la GRC Greg Vardy le 28 avril, qui a été utilisée dans le cadre d’une demande de mandat de perquisition par la police.

Des documents judiciaires précédemment publiés racontaient comment Mme Banfield s’était échappée après avoir été agressée par Gabriel Wortman dans la nuit du 18 avril.

Après la fuite, Gabriel Wortman a entamé son carnage qui n’a pris fin que le lendemain après qu’un policier l’a abattu dans une station-service à Enfield, en Nouvelle-Écosse.

Mme Banfield a déclaré à la police que dans les jours qui ont précédé les meurtres, Gabriel Wortman avait été «rattrapé par le COVID-19», parlait de la mort et a dit qu’il savait qu’il allait mourir.

Laisser un commentaire