Nancy Pelosi dit que les États-Unis n’abandonneront pas Taïwan

TAIPEI, Taïwan — La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, a quitté Taïwan après une visite qui a exacerbé les tensions avec la Chine, affirmant mercredi qu’elle et d’autres membres du Congrès dans sa délégation avaient montré qu’ils n’abandonneraient pas leur engagement envers l’île autonome.

Mme Pelosi, la première présidente de la Chambre américaine à visiter l’île en plus de 25 ans, a risqué la colère de Pékin avec cette visite et a déclenché plus d’une semaine de débat après que l’information sur sa possible visite a coulé dans les médias. À Taipei, elle est restée calme, mais assurée.

«Aujourd’hui, le monde est confronté à un choix entre la démocratie et l’autocratie, a-t-elle déclaré dans un bref discours lors d’une rencontre avec la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen. La détermination de l’Amérique à préserver la démocratie, ici à Taïwan et dans le monde, reste à toute épreuve.»

La Chine, qui revendique Taïwan comme son territoire et s’oppose à tout engagement de responsables taïwanais avec des gouvernements étrangers, a annoncé plusieurs exercices militaires autour de l’île, dont certaines parties entreront dans les eaux taïwanaises, et a publié une série de déclarations sévères après l’atterrissage de la délégation mardi soir dans la capitale taïwanaise, Taipei.

Taïwan a dénoncé les actions prévues, affirmant qu’elles violaient la souveraineté de l’île.

«Un tel acte équivaut à boucler Taïwan par voie aérienne et maritime, un tel acte couvre le territoire et les eaux territoriales de notre pays et viole gravement la souveraineté territoriale de notre pays», a déclaré le capitaine Jian-chang Yu lors d’une séance d’information du ministère de la Défense nationale.

Les exercices militaires chinois doivent commencer jeudi et être les plus importants visant Taïwan depuis 1995, lorsque la Chine a tiré des missiles à l’occasion d’un exercice à grande échelle pour montrer son mécontentement lors d’une visite du président taïwanais de l’époque, Lee Teng-hui, aux États Unis.

La présidente taïwanaise Tsai a répondu fermement mercredi aux intimidations militaires de Pékin.

«Face à des menaces militaires délibérément accrues, Taïwan ne reculera pas, a déclaré Mme Tsai lors de sa rencontre avec Mme Pelosi. Nous maintiendrons fermement la souveraineté de notre nation et continuerons à maintenir la ligne de défense de la démocratie.»

La visite de Mme Pelosi a exacerbé les tensions américano-chinoises plus que les visites d’autres membres du Congrès en raison de sa position de haut niveau en tant que présidente de la Chambre des représentants. Elle est la première dans ces fonctions à se rendre à Taïwan en 25 ans, depuis Newt Gingrich en 1997. Cependant, d’autres membres du Congrès se sont rendus à Taïwan l’année dernière.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.