Nathalie Roy se portera candidate à la présidence de l’Assemblée nationale

QUÉBEC — La députée caquiste réélue dans Montarville, Nathalie Roy, souhaite devenir la 47e présidente de l’Assemblée nationale du Québec et la deuxième femme de l’histoire à occuper cette fonction.

Celle qui a œuvré comme ministre de la Culture et des Communications dans le premier gouvernement Legault sera candidate à la présidence, a confirmé lundi La Presse Canadienne. 

Le premier ministre François Legault voit d’ailleurs la candidature de Mme Roy — une ex-journaliste et avocate de 58 ans — d’un très bon œil, a confié à l’agence de presse une source sûre.

Surtout, M. Legault est favorable à ce qu’une femme accède à la présidence, nous dit-on. La semaine dernière, Québec solidaire (QS) avait publiquement réclamé une candidature féminine.

L’actuelle deuxième vice-présidente de l’Assemblée nationale, Chantal Soucy, ainsi que l’ex-ministre responsable des Affaires autochtones, Sylvie D’Amours, auraient également manifesté leur intérêt pour ce poste.

Dans l’histoire du Québec, une seule femme a été brièvement présidente de l’Assemblée: il s’agit de la péquiste Louise Harel en 2002-2003, il y a de cela 20 ans.

La co-porte-parole de QS, Manon Massé, a fait valoir que l’élection d’une présidente enverrait le bon message, comme quoi les femmes ont leur place «dans les plus hauts lieux».

Rappelons que le scrutin du 3 octobre dernier est passé à l’histoire pour avoir permis au plus grand nombre de femmes jamais vu (58) de se faire élire à l’Assemblée nationale.

À elle seule, la Coalition avenir Québec de François Legault a fait élire 41 femmes, dont 21 comptent déjà une expérience parlementaire. Mme Roy est l’élue qui a le plus d’ancienneté.

La fonction de présidente de l’Assemblée est importante; la personne choisie doit être élue par l’Assemblée pour en diriger les travaux, en administrer les services et la représenter.

Elle a un devoir de réserve et doit conserver la confiance des parlementaires lorsqu’elle préside les débats. Elle doit veiller à ce que tous les députés, quelle que soit leur affiliation politique, aient voix au chapitre.

La dernière personne à avoir occupé ce poste est l’ex-député caquiste de Lévis, François Paradis, qui a choisi de ne pas se représenter aux dernières élections.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.