NB: demande d’abandon d’une poursuite d’un médecin contre le gouvernement

MONCTON, N.-B. — Le procureur général du Nouveau-Brunswick demande à un tribunal de rejeter une poursuite intentée par un médecin de famille qui dit avoir été victime de harcèlement et de racisme après avoir été accusé d’avoir enfreint les règles de la COVID-19.

On avait d’abord reproché au Dr Jean Robert Ngola de ne pas avoir respecté la Loi sur les mesures d’urgence de la province, mais la Couronne a ensuite retiré la poursuite contre lui après avoir conclu qu’il n’y avait aucune chance de condamnation.

Le docteur Ngola a expliqué qu’il s’était rendu du Nouveau-Brunswick au Québec en mai 2020 pour aller chercher sa fille âgée de quatre ans parce que la mère de celle-ci devait partir en Afrique pour assister à des funérailles.

Le médecin d’origine congolaise a admis qu’à son retour, il ne s’était pas mis en isolement pendant 14 jours, mais il a affirmé que cela était conforme aux pratiques de ses collègues et supérieurs à ce moment-là. 

Il a dit croire qu’il a peut-être contracté le virus d’un patient ou d’un autre professionnel de la santé au Nouveau-Brunswick.

Le 27 mai 2020, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a lié une éclosion de COVID-19 dans la région de Campbellton, dans le nord de la province, à un travailleur de la santé qu’il avait qualifié d’irresponsable, sans toutefois nommer directement le médecin.

Des fuites ont ensuite révélé que le Dr Ngola était le principal suspect. Le médecin d’origine congolaise a ensuite dit avoir été abreuvé d’injures racistes au Nouveau-Brunswick. 

Il est allé pratiquer à Louiseville en Mauricie, au Québec, où, a-t-il dit, l’hostilité qu’il a affrontée à Campbellton a été remplacée par un accueil chaleureux

Dans un avis de requête déposé auprès de la Cour du Banc de la Reine de Moncton, les avocats du Bureau du procureur général demandent que l’action du médecin contre la province soit radiée en totalité ou en partie.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.