NB: le médecin blâmé pour une éclosion admet une possible «erreur de jugement»

FREDERICTON — Un médecin du Nouveau-Brunswick blâmé pour une nouvelle éclosion de COVID-19 dans la province a déclaré mardi à Radio-Canada qu’il ignorait comment il avait été infecté par le coronavirus.

Le Dr Jean Robert Ngola a indiqué qu’il s’était rendu récemment au Québec à partir de Campbellton, au Nouveau-Brunswick, pour récupérer sa fille de quatre ans parce que la mère de la fille devait assister à des funérailles en Afrique.

M. Ngola a admis qu’à son retour du voyage d’une journée, il ne s’était pas isolé pendant 14 jours, mais a ajouté qu’il ne savait pas s’il avait contracté le coronavirus lors de ses déplacements entre le Nouveau-Brunswick et le Québec ou auprès d’un patient.

À l’émission de radio régionale du diffuseur public «La Matinale», M. Ngola a reconnu qu’il s’agissait peut-être d’une «erreur de jugement».

Il y a 13 cas actifs de COVID-19 au Nouveau-Brunswick alors qu’il y a quelques semaines à peine, la province pouvait déclarer tous ses cas de coronavirus rétablis.

Tous ces cas sont liés à une grappe dans la région sociosanitaire de Campbellton qui a forcé les autorités à faire reculer toute la région d’un cran dans le plan de déconfinement de la province.

Le Nouveau-Brunswick a signalé mardi un nouveau cas de COVID-19 lié à l’éclosion dans un foyer de soins de longue durée près de Campbellton, dans la péninsule acadienne.

Un communiqué de la Santé publique indique que le cas de cet octogénaire est lié au Manoir de la Vallée, à Atholville, où un travailleur avait été déclaré positif la semaine dernière.

Selon les autorités, cinq patients sont à l’hôpital, dont un aux soins intensifs. La docteure Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef, demande aux Néo-Brunswickois d’être patients pendant que la province surveille l’évolution de l’épidémie au cours des 14 prochains jours.

L’hygiéniste en chef de l’Île-du-Prince-Édouard a d’ailleurs annoncé mardi que les travailleurs essentiels qui entrent et sortent de l’île devront désormais observer une quarantaine. La docteure Heather Morrison supprime donc l’exemption qui était en place pour ces travailleurs, en raison de la récente éclosion dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Selon la docteure Morrison, cette affaire nous rappelle comment ce virus peut se propager facilement. Aucun nouveau cas d’infection sur l’île n’avait toutefois été signalé mardi. Le dernier cas positif a été observé le 28 avril et les 27 cas confirmés de la province se sont tous rétablis.

L’Île-du-Prince-Édouard a amorcé lundi la troisième phase de son plan de déconfinement, qui prévoit notamment la réouverture des bibliothèques et des restaurants, et la reprise des activités de loisir en petits groupes. Les proches peuvent également rendre visite aux résidents des foyers de soins de longue durée, sur rendez-vous et à l’extérieur.

Pas de nouveaux cas dans les autres provinces

En Nouvelle-Écosse, on ne signalait mardi aucun nouveau cas de COVID-19, ce qui maintient le nombre total de cas confirmés à 1057.

Les autorités rappellent toutefois que trois résidents et deux employés du foyer de soins de longue durée Northwood, à Halifax, sont encore considérés comme des cas actifs. Cinq personnes sont actuellement hospitalisées de la COVID-19 en Nouvelle-Écosse, dont deux aux soins intensifs.

Selon les autorités, 992 personnes se sont maintenant rétablies en Nouvelle-Écosse. À ce jour, la province a enregistré 60 décès, dont 53 au foyer Northwood.

À Terre-Neuve-et-Labrador, on ne signalait là non plus aucun nouveau cas, mardi, ce qui maintient le bilan à 261 cas confirmés. Par ailleurs, une autre personne s’est rétablie du coronavirus, pour un total de 256 récupérations.

Trois personnes sont décédées de la COVID-19 au début de la pandémie à Terre-Neuve-et-Labrador. La province ne compte plus que deux cas actifs, dont un à l’hôpital.

Laisser un commentaire
Les plus populaires