Fin d’une épidémie sur un bateau de croisière devant s’arrêter à Halifax

HALIFAX – La plupart des personnes tombées malades dans le cadre d’une épidémie apparemment causée par un norovirus à bord d’un navire de croisière britannique sont maintenant guéries, a annoncé le propriétaire du bateau, mardi.

Une porte-parole de l’entreprise Fred. Olsen Cruise Lines a déclaré dans un communiqué que sept passagers avaient été assignés à leur cabine sur les 1434 voyageurs et membres du personnel que compte le Balmoral.

Rachael Jackson a affirmé que les autres passagers victimes de l’épidémie se sentaient mieux et n’étaient plus tenus de demeurer dans leur chambre.

«Les autres se sont remis et ont reçu la permission de sortir», a-t-elle indiqué, ajoutant que la majorité des voyageurs était de nationalité britannique.

«Le Balmoral n’a jamais été mis en quarantaine dans l’un des ports qu’il a visités et il poursuit son trajet comme prévu.»

Les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) des États-Unis avaient révélé, lundi, que 277 des 915 passagers du Balmoral étaient tombés malades en raison d’une épidémie qui aurait été provoquée par un norovirus.

Ils avaient ajouté que neuf des 520 membres de l’équipage du navire avaient rapporté souffrir d’une maladie gastro-intestinale, dont les principaux symptômes étaient des vomissements et de la diarrhée.

Mme Jackson a précisé que la direction de Fred. Olsen Cruise Lines avait renforcé les procédures de nettoyage et de désinfection, recueilli des échantillons de matière fécale pour les soumettre à des tests et envoyé un spécialiste de la santé publique et de l’hygiène afin de superviser la gestion de l’épidémie.

Le Balmoral est arrivé à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, lundi et devrait être à Halifax mercredi vers 8 h. Ces escales font partie d’un voyage s’étant amorcé le 16 avril à Southhampton, au Royaume-Uni, et devant se terminer le 20 mai.

Lane Farguson, un représentant des autorités portuaires de Halifax, a indiqué que les responsables étaient au courant de l’épidémie et que les employés procéderaient à du nettoyage additionnel dans les installations du port une fois le navire arrivé afin d’éviter que la maladie ne se propage sur terre.

De son côté, Molly Kehoe de l’Agence de la santé publique du Canada a révélé que l’organisme fédéral collaborait avec le propriétaire du bateau de croisière afin de s’assurer que les procédures visant à prévenir les épidémies étaient respectées, incluant un renforcement de mesures de nettoyage et de désinfection ainsi que l’isolement de toute personne contaminée.

Elle a ajouté que certains passagers pourraient être forcés de rester à bord s’ils étaient malades.