NÉ: une affaire de profilage racial présumé sera entendue en dépit des délais

HALIFAX — La Commission d’examen de la police de la Nouvelle-Écosse autorise la poursuite d’une affaire de profilage racial présumé, alors que deux policiers de Halifax souhaitaient mettre fin au dossier pour des motifs de procédure.

Adam LeRue, qui est Noir, estime que la couleur de sa peau a joué un rôle dans son arrestation et son emprisonnement, survenus après que lui et son épouse eurent garé leur véhicule dans un parc pour effectuer un appel téléphonique le 12 février 2018.

M. LeRue et son épouse Kerry Morris ont tenté de porter leur plainte devant la commission formée trois personnes en juillet dernier.

Les avocats des policiers ont fait valoir devant la commission que l’audience devait être abandonnée parce que le service de police de Halifax n’avait pas respecté un délai réglementaire pour soumettre ses conclusions à la Commissaire aux plaintes contre la police de la Nouvelle-Écosse, l’année dernière.

M. LeRue et Mme Morris, ainsi que l’avocat de la municipalité, ont répondu qu’il serait injuste de refuser au couple une audience alors que le service de police lui-même était responsable du retard.

Dans sa décision écrite rendue mardi, la commission s’est rangée du côté du couple, affirmant que, bien que les délais soient importants, une décision en faveur des policiers irait à l’encontre des objectifs de la Loi sur la police.

La commission a écrit que «l’objectif de la loi est contrecarré, si le service même qui reçoit la plainte peut y mettre fin en omettant de prendre une décision».

Elle dit dans sa décision que le processus a été créé pour permettre aux agents et aux membres du public de soumettre leurs problèmes à un comité de civils.

«Cela répond à la méfiance du public à l’égard de la « police qui surveille la police »», est-il indiqué dans la décision.

La plainte allègue que seul M. LeRue a été visé par de lourdes amendes pour avoir garé sa voiture au parc après la fermeture, tandis que d’autres automobilistes dans la région n’ont pas été sanctionnés.

M. LeRue dit qu’il a été accusé d’entrave à la justice et emmené en prison, où il a souffert jusqu’au lendemain, car il n’avait pas accès à des médicaments pour son asthme.

Les plaignants et les deux agents, les policiers Brent Woodworth et Kenneth O’Brien, devraient comparaître devant la commission, jeudi.

Laisser un commentaire
Les plus populaires