Menace de grève samedi aux Postes, mais les négociations se poursuivent

MONTRÉAL – Bien qu’une menace de grève plane sur les Postes à compter du samedi 2 juillet, les négociations ont toujours cours et le Syndicat des travailleurs et travailleuses des Postes (STTP) garde espoir.

«On espère tout le temps que les parties vont arriver à s’entendre. Je reste positive quand même. Il y a eu quelques avancées», a confié au cours d’une entrevue, lundi, Lise-Lyne Gélineau, présidente de la section locale de Montréal du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) affilié à la FTQ.

En fait, le résultat des votes de grève qu’a tenus le syndicat jusqu’à dimanche n’était pas encore connu, lundi après-midi; il devrait l’être prochainement.

De toute façon, le syndicat devra donner un préavis de 72 heures s’il décide de débrayer à compter de samedi.

Néanmoins, la direction de Postes Canada a transmis un communiqué, lundi, prévenant les citoyens et les entreprises que la société «n’exercera pas ses activités advenant un arrêt de travail». Elle leur demande donc de «prendre certaines précautions».

C’est donc dire qu’aucune lettre ni aucun colis ne sera livré et qu’aucun nouvel article ne pourra être accepté, a prévenu Postes Canada.

Quant aux lettres et colis qui sont déjà dans le système postal, ils seront «sécurisés et seront livrés dès que possible à la reprise des activités», précise Postes Canada.

Mais les négociations se poursuivaient encore entre les parties, lundi, après une période de conciliation, suivie d’une période de médiation, a noté Mme Gélineau.

«Postes Canada a déposé une offre globale qu’on a eue samedi, dans laquelle il y a certaines avancées, mais ce n’est pas encore satisfaisant. Alors les discussions continuent au niveau national. Il va y avoir encore des échanges, possiblement une contre-offre qui va être présentée. Mais les délais sont toujours là», a prévenu Mme Gélineau.

Les principaux points en litige sont l’instauration d’un régime de retraite à cotisations déterminées pour les nouveaux employés, de même que les salaires et la création de postes à temps partiel pour la livraison des colis les soirées et les fins de semaine — plutôt que de faire faire des heures supplémentaires aux employés permanents.

Selon Mme Gélineau, un gel de salaire est offert pour la première année du contrat de travail, suivi de trois années avec des augmentations limitées à 1 pour cent.

«Nous comprenons l’incidence qu’un arrêt de travail pourrait avoir sur les clients et c’est pourquoi nous mettons tout en oeuvre pour parvenir rapidement à une entente négociée», a affirmé de son côté Postes Canada.

Le Syndicat des travailleurs des postes représente environ 47 000 employés, dont 6000 à Montréal.

Les commentaires sont fermés.

j’aimerais connaître par simple curiosité et connaissance quel montant de salaire ou quelle proportion de leur salaire actuel est donné aux employés à leur retraite .On m’a parlé de 80 ou 100% de leur salaire est e exact !!!!!!!

Vous ne faite jamais mention de »Lock Out » mais seulement de grève…Pourtant s’il y a un arrêt de travail ce sera l’employeur qui le décrètera et non le syndicat! Il faut informer la population!