Santé et services sociaux: l’APTS à un point tournant de sa négociation

MONTRÉAL — L’APTS est à un point tournant de sa négociation pour le renouvellement de la convention collective de ses 60 000 membres, alors qu’elle est le seul syndicat du secteur de la santé et des services sociaux à n’avoir toujours pas d’entente de principe en main.

Son conseil général se réunit, mardi et mercredi, pour étudier les options qui s’offrent à lui.

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux avait reçu une proposition de règlement de la part du gouvernement du Québec, comme d’autres organisations syndicales. Mais, après l’avoir étudiée à la fin du mois de juin, son comité de négociation national en avait recommandé le rejet.

Le conseil général qui suit doit donc trancher. Il pourrait décider de soumettre tout de même la proposition de règlement au vote des 60 000 membres. 

Il pourrait aussi tenter de relancer la négociation avec Québec, puisque le président par intérim de l’APTS, Robert Comeau, affirme qu’il reste encore des améliorations à apporter aux conditions de travail de ses  membres, notamment dans les centres jeunesse.

Grève

L’organisation syndicale doit aussi décider si elle poursuivra ou non sa grève. Elle dispose d’un mandat de 10 jours de grève, dont elle a exercé quatre jours, les 7 et 8 juin, de même que les 21 et 22 juin. 

L’APTS représente 60 000 membres dans les établissements de santé et les centres jeunesse. Ses membres sont des techniciennes en imagerie médicale, en laboratoire, des psychologues, des physiothérapeutes, des psychoéducatrices, des techniciennes en travail social, des techniciennes en éducation spécialisée et autres.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.