Négociations sur l’ALÉNA: l’ambassadeur canadien se réjouit des progrès

WASHINGTON — Des progrès substantiels ont été effectués au cours des derniers jours dans les négociations sur la nouvelle mouture de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), selon l’ambassadeur canadien aux États-Unis, qui a témoigné d’un rare optimisme sur ce dossier.

Lors d’un discours devant l’Association américaine des autorités portuaires, mardi, David MacNaughton a déclaré qu’il était «optimiste et confiant» que les pourparlers avancent.

Les progrès ont été beaucoup plus florissants récemment, selon l’ambassadeur.

M. MacNaughton a fait ces commentaires après une autre ronde de négociations plus discrète qui a eu lieu à Washington.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, était dans la capitale américaine la semaine dernière pour rencontrer le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, qui espère conclure une entente de principe d’ici les prochaines semaines.

L’ambassadeur canadien s’est dit optimiste pour deux raisons précises.

D’abord, il y a eu des percées sur des enjeux litigieux comme les automobiles, selon lui. Il a laissé entendre qu’une clause controversée exigeant du contenu américain pour les voitures était encore sur la table. Mais les Américains auraient proposé des idées novatrices à partir d’une suggestion avancée par les Canadiens lors d’une autre séance de négociations.

Par ailleurs, le ton des pourparlers serait plus chaleureux maintenant, selon M. MacNaughton.

Les États-Unis espèrent parvenir à une entente de principe d’ici quelques semaines pour qu’un accord soit prêt avant l’élection présidentielle au Mexique et les élections au Congrès américain. Difficile de dire pour l’instant si cela est possible, estime l’ambassadeur, affirmant que les négociations ne devraient pas être influencées par de fausses échéances.

Mais le Canada serait prêt à des rencontres 24 heures par jour, sept jours par semaine si nécessaire, a-t-il assuré.

De longues négociations devraient s’ouvrir à Washington au début du mois d’avril. Mais l’ambassadeur a indiqué que les parties impliquées s’étaient souvent parlé dans les dernières semaines, en personne et au téléphone.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie