Neuf personnes sont mortes lors des manifestations en Iran

DUBAÏ, Émirats arabes unis — Des affrontements entre les forces de sécurité iraniennes et des manifestants en colère après la mort d’une femme de 22 ans en garde à vue ont tué au moins neuf personnes depuis que les violences ont éclaté ce week-end, selon un décompte d’Associated Press, jeudi.

L’ampleur des troubles en cours en Iran, les pires depuis plusieurs années, reste encore incertaine alors que les manifestants dans au moins une douzaine de villes — exprimant leur colère contre la répression sociale et les crises croissantes du pays — continuent de se heurter aux forces de sécurité et paramilitaires.

Les pannes généralisées d’Instagram et de WhatsApp, que les manifestants utilisent pour partager des informations sur la répression du gouvernement contre la dissidence, se sont poursuivies jeudi. Les autorités ont également semblé perturber l’accès à Internet avec le monde extérieur, une tactique souvent employée par le gouvernement en période de troubles, selon les militants des droits de l’homme.

Dans un pays où les stations de radio et de télévision sont déjà contrôlées par l’État et où les journalistes sont régulièrement menacés d’arrestation, les Gardiens de la Révolution — une organisation paramilitaire dépendant du chef d’État — ont exhorté jeudi la justice à poursuivre «quiconque diffuse de fausses nouvelles et des rumeurs» sur les réseaux sociaux au sujet des troubles.

Les manifestations en Iran ont commencé à la suite de la mort de Mahsa Amini, une jeune femme détenue par la police des mœurs du pays pour avoir prétendument violé son code vestimentaire. Sa mort a suscité une vive condamnation de la part des États-Unis, de l’Union européenne et des Nations Unies.

La police affirme qu’elle est décédée d’une crise cardiaque et qu’elle n’a pas été maltraitée, ce que sa famille a mis en doute. Des experts indépendants affiliés à l’ONU ont déclaré jeudi que des informations suggéraient qu’elle avait été sévèrement battue par la police des mœurs, sans apporter de preuves. Ils ont appelé à une enquête impartiale pour tenir les auteurs responsables.

Les manifestations se sont transformées au cours des quatre derniers jours en un défi ouvert au gouvernement, les femmes retirant et brûlant leur foulard — dont le port est obligatoire en Iran — dans les rues et les Iraniens incendiant les poubelles et appelant à la chute de la République islamique elle-même.

«Mort au dictateur !» a été un cri commun dans les protestations.

Des manifestations ont secoué des campus universitaires à Téhéran et des villes occidentales lointaines telles que Kermanshah. Bien que généralisés, les troubles semblent distincts des précédentes séries de manifestations nationales déclenchées par des problèmes financiers alors que l’économie iranienne vacille sous de lourdes sanctions américaines.

Les troubles qui ont éclaté en 2019 à la suite de la brusque hausse des prix de l’essence par le gouvernement ont mobilisé les masses ouvrières dans les petites villes. Des centaines de personnes ont été tuées alors que les forces de sécurité réprimaient, selon des groupes de défense des droits humains, la violence la plus meurtrière depuis la révolution islamique de 1979.

Les médias publics iraniens ont rapporté cette semaine des manifestations de centaines de personnes dans au moins 13 villes, dont la capitale, Téhéran. Des vidéos en ligne montrent les forces de sécurité tirant des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser les manifestations. Amnesty International, basée à Londres, a rapporté que des agents avaient également tiré des balles de plomb et des plombs métalliques et battu des manifestants avec des matraques.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.