Nigéria: des agences onusiennes sonnent l’alarme

GENÈVE, Suisse — Des agences onusiennes ont prévenu vendredi que des dizaines de milliers de Nigérians fuient les attaques mortelles de groupes armés et les affrontements entre rebelles et soldats dans l’État de Borno, dans le nord-est du pays.

La plus récente offensive rebelle, vendredi, a déplacé jusqu’à 80 % de la population de Damasak, selon l’agence onusienne des réfugiés, qui a précisé que jusqu’à 65 000 personnes sont en mouvement.

«Les assaillants ont pillé et incendié des maisons privées, les entrepôts d’agences humanitaires, un commissariat de police, une clinique et une installation de l’UNHCR», a dit aux journalistes un porte-parole de l’agence onusienne, Babar Baloch.

C’était la troisième attaque du genre en une semaine, a-t-il dit.

Des informations «très inquiétantes» circulent concernant des affrontements entre les groupes insurgés et les forces armées nigérianes, a dit un porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies, Jens Laerke.

Des groupes armés attaquent des installations humanitaires et passent parfois de maison en maison, possiblement à la recherche de travailleurs humanitaires civils, a-t-il ajouté.

Les plupart des activités humanitaires sont suspendues dans la région depuis dimanche en raison de l’insécurité, a dit M. Laerke.

«La situation sur le terrain est extrêmement difficile, a-t-il dit. Si ça continue, il nous sera impossible — possiblement pour de plus longues périodes de temps — de continuer à offrir de l’aide à des gens qui en ont désespérément besoin.»

La violence qui frappe la région du lac Tchad depuis quelques années a fait au moins 3,3 millions de réfugiés, selon l’ONU.

– Par The Associated Press

Laisser un commentaire