Non à Énergie Saguenay, dit le Parti vert du Canada

MONTRÉAL — Le Parti vert du Canada s’oppose fermement au projet d’exportation de gaz naturel Énergie Saguenay de GNL Québec, a-t-il déclaré mardi matin en demandant au gouvernement fédéral de ne le financer «d’aucune façon».

Lors d’une conférence de presse tenue à Montréal, Daniel Green, le chef adjoint du parti et candidat dans la circonscription d’Outremont, a soutenu que ce projet est une importante menace pour l’environnement, la biodiversité, le climat et les bélugas du fleuve Saint-Laurent. Il causera d’importantes émissions de gaz à effet de serre (GES), ajoute la formation politique.

Le projet dans son ensemble consiste en la construction d’un gazoduc de 750 km qui transporterait du gaz naturel de l’Ouest jusqu’à une usine de liquéfaction à Saguenay — donc en traversant le Québec — pour ensuite l’exporter à l’étranger par d’immenses navires, des méthaniers — environ 120 par année. Son but est d’exporter 11 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an.

Affirmant être la seule formation politique fédérale à exiger le retrait total du projet, M. Green présente son parti comme plus crédible sur la question de l’environnement que ses opposants du Nouveau Parti démocratique (NPD) et du Bloc québécois.

Il veut ainsi aussi fermer le clapet au Bloc qui affirme depuis le début de la campagne électorale être «plus vert que les verts».

Le Parti vert dit craindre que le fédéral ne finance Énergie Saguenay, puisqu’il l’a fait pour le pipeline Trans Mountain.

Selon M. Green, c’est un exemple de mauvais projet, car il va à l’encontre de l’urgence climatique.

De plus, «ce n’est pas un projet pour le Québec, c’est un projet d’exportation vers l’Europe», a martelé M. Green, ajoutant même qu’il est «le symbole de ce qui va mal dans le développement énergétique au Canada».

Dans sa plateforme électorale, le Parti vert souligne qu’aucun nouveau projet lié à un pipeline, à l’extraction de pétrole ou de gaz, incluant le forage de puits en mer, ne sera approuvé. 

Interrogé sur sa position, le chef du Bloc, Yves-François Blanchet, a fait valoir qu’il n’a «aucune sympathie pour l’énergie du passé, donc l’ensemble des hydrocarbures».

Mais il ne veut pas se prononcer de façon définitive avant d’avoir pu lire les conclusions du BAPE (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement).

«Je me verrais très mal désavouer l’institution qu’est le BAPE lorsqu’on est tous en train de dire, de façon plus ou moins claire, qu’il faut respecter la juridiction du Québec en matière d’évaluation environnementale», et ne même pas attendre son rapport, a dit celui qui a déjà été ministre de l’Environnement sous le gouvernement péquiste de Pauline Marois.

Mais «il y a assez de données maintenant pour s’opposer à ce projet», avait soutenu plus tôt en point de presse M. Green. Et puis, le BAPE n’est pas un organe décisionnel, il ne fait que formuler des recommandations, avait-il aussi dit, anticipant la réplique bloquiste.

Le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, n’a pas pris position sur ce projet Énergie Saguenay, mardi. On est en train de réaliser les évaluations environnementales nécessaires, a-t-il répondu lorsqu’interrogé à ce sujet lors d’un arrêt de campagne électorale à Burnaby en Colombie-Britannique.

Comme il le fait depuis un bon moment, il a réitéré que son parti reconnaît qu’une transition vers une économie plus propre doit se faire en plusieurs étapes. Dans ce but, son gouvernement appuiera des projets qui permettront l’atteinte de ses objectifs en matière de réduction de GES, a-t-il ajouté.

Le NPD a confirmé mardi que s’il est élu, le Québec aura le dernier mot en matière d’évaluation environnementale pour les grands projets d’infrastructures, comme la construction d’un gazoduc ou d’un oléoduc.