Norvège: l’attaque à l’arc qui a fait cinq morts serait du terrorisme

KONGSBERG, Norvège — L’attaque à l’arc qui a fait cinq morts mercredi soir en Norvège était apparemment de nature terroriste, a indiqué jeudi l’agence nationale de sécurité intérieure du pays (PST).

Le suspect, un Danois qui s’était récemment converti à l’islam, était sous la loupe des autorités pour radicalisation. Il a été identifié jeudi comme étant Espen Andersen Braathen, un homme de 37 ans.

Braathen aurait tiré sur plusieurs personnes en différents endroits dans la ville de Kongsberg mercredi soir. Il pourrait aussi avoir utilisé d’autres armes lors de son attaque, mais les informations à ce sujet sont floues.

Plusieurs des victimes se trouvaient dans un supermarché, a dit la police.

«Il y avait eu précédemment des inquiétudes que l’homme s’était radicalisé», a dit le chef de police Ole B. Saeverud lors d’une conférence de presse. Il a ajouté que l’évaluation des motivations du suspect est complexe et qu’il faudra du temps pour y voir plus clair. Il n’a pas précisé ce qu’il entendait par «radicalisé».

La PST a souligné plusieurs aspects de l’attaque, qui a aussi fait deux blessés, pour expliquer pourquoi elle estime que les gestes du suspect «semblent présentement être un acte de terrorisme».

«Des attaques contre des gens choisis au hasard dans des endroits publics sont un modus operandi récurrent parmi les islamistes extrémistes qui commettent des actes de terrorisme en Occident», a dit l’agence.

Elle a ajouté que le scénario le plus probable d’une attaque terroriste islamiste perpétrée en Norvège était celui d’une attaque commise par un ou quelques suspect(s) «avec des armes simples, contre des cibles peu ou pas protégées».

L’agence a dit que le suspect était connu de la PST, mais qu’elle n’était pas en mesure de fournir plus de détails à son sujet.

La responsable de l’enquête policière, Ann Iren Svane Mathiassen, a dit au diffuseur norvégien NRK que le suspect sera soumis à une évaluation psychiatrique.

Les cinq victimes sont quatre femmes et un homme âgés entre 50 et 70 ans.

La police a été alertée de l’attaque vers 18 h 12 et a arrêté le suspect une trentaine de minutes plus tard. Kongsberg est situé à 66 kilomètres au sud-ouest d’Oslo.

La police croit que le suspect a commencé à tuer des gens uniquement après l’arrivée des policiers.

S’exprimant calmement et clairement après son arrestation, le suspect a dit aux policiers, «J’ai fait ça», a dit Mme Svane Mathiassen. Le suspect a «clairement décrit ce qu’il avait fait. Il a admis avoir tué les cinq personnes», a-t-elle dit à l’Associated Press.

Les deux victimes hospitalisées se trouvent aux soins intensifs. L’une d’elles est un policier qui n’était pas en service et qui se trouvait dans le supermarché. On ne connaît pas leur état de santé.

L’attaque survient plus d’une décennie après qu’Anders Behring Breivik, un extrémiste de droite, a déclenché une bombe dans le quartier gouvernemental d’Oslo, puis a perpétré une tuerie dans le camp d’été de l’organe jeunesse du Parti travailliste de gauche sur l’île d’Utoya. Les violences du 22 juillet 2011 ont fait 77 morts et horrifié la Norvège.

Anders Behring Breivik a été condamné à 21 ans de prison, le maximum selon la loi norvégienne, mais sa peine peut être prolongée tant qu’il est considéré comme un danger pour la société.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.